Les plus qu’auront les membres de l’OSC

Les plus qu’auront les membres de l’OSC (0)

Le site web de la chaîne chinoise de CGTN publiant un article de l’ancien Premier ministre kirghize Jantörö Satybaldiev, a évoqué le 20e anniversaire de la fondation de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le 15 septembre et a qualifié une future adhésion de l’Iran à l’OCS d’un événement très important.

Le sommet de l’OCS est prévu les 16 et 17 septembre au Tadjikistan.

« Lors d’une conversation téléphonique, le 11 août, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, a discuté avec son homologue iranien, l’amiral Ali Shamkhani, des coopérations en matière de sécurité entre la Russie et l’Iran, l’Afghanistan et la Syrie ainsi que de la situation dans le golfe Persique », a écrit Satybaldiev. Il a également déclaré que l’Iran rejoindrait bientôt l’Organisation de coopération de Shanghai par décision mutuelle des États membres. Le même jour, Shamkhani a tweeté : « Heureusement, les obstacles politiques à l’adhésion de l’Iran à l’OCS ont été levés et l’adhésion de l’Iran sera finalisée après la tenue formalités techniques. »

L’Organisation de coopération de Shanghai a été fondée en 2001 avec six membres fondateurs. La décision de créer l’Organisation avait été prise en 1996 avec pour membre, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Chine, la Russie et le Tadjikistan. Peu de temps après, l’Ouzbékistan a été ajouté à la liste.

Aujourd’hui, l’OCS comporte huit États membres. En 2017, l’Inde et le Pakistan ont également rejoint l’Organisation et il est probable qu’il y aurait bientôt un neuvième membre.

L’article poursuit que l’adhésion officielle de l’Iran à l’OCS doit être considérée comme un véritable pas en avant.

Téhéran a rejoint l’Organisation de coopération de Shanghai en 2005 en tant que membre observateur, puis a demandé l’adhésion à part entière en 2008. Pourtant il n’a pas réussi à rejoindre l’Organisation jusqu’en 2015 en raison des sanctions internationales existantes.

Simultanément à la mise en œuvre du PGAC en 2015 et la levée de certaines sanctions, on s’attendait à ce que le terrain soit préparé pour cette adhésion, mais avec le rejet du Tadjikistan, la demande d’adhésion de l’Iran a été suspendue.