La scission de la mosquée Al-Aqsa dans le plan de normalisation des relations avec le régime sioniste

Rate this item
(0 votes)
La scission de la mosquée Al-Aqsa dans le plan de normalisation des relations avec le régime sioniste
La normalisation des relations de Bahreïn avec le régime sioniste, qui a eu lieu quelques semaines après l'annonce de la normalisation des relations des Emirats avec ce régime, et le projet de scission de la mosquée d’Al-Aqsa compris dans le texte de l'accord de normalisation, ont provoqué de nombreuses critiques dans le monde arabe. La journaliste, Mersiha Gadzo d'Al Jazeera, dans un article présente les conséquences de la normalisation des relations entre les deux États du Golfe (Persique) et le régime sioniste.
 
« Certains analystes politiques ont déclaré que les questions incluses dans la déclaration faite par les Émirats arabes unis et Bahreïn avec Israël, pourraient conduire à une division du terrain de la mosquée d’Al-Aqsa, car cette normalisation entraine des « changements fondamentaux dans le statu quo » et aura « des conséquences irréparables ». 
 
Selon l'accord de 1967, seuls les musulmans peuvent prier dans le sanctuaire sacré et la zone de la mosquée d’Al-Aqsa qui s'étend sur 14 hectares, et que les non-musulmans sont autorisés à visiter. Cela pourrait ne plus être le cas, selon une déclaration conjointe du 13 août 2020 entre les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis, publiée par le président américain Donald Trump, et tous les lieux de culte à Jérusalem devraient être ouverts aux fidèles épris de paix, de toutes confessions. Selon Tel Aviv [et apparemment selon les États-Unis], tout ce qui se trouve dans le sanctuaire et n'a pas une structure de mosquée est défini comme « un autre lieu saint » à Jérusalem et doit être ouvert à tous, y compris les juifs.  
 
Le choix de termes n'est pas accidentel et peut être considéré que comme une tentative délibérée et bien sûr, secrète d'ouvrir la mosquée d’Al-Aqsa aux Juifs. La même déclaration a été répétée dans l'accord avec Bahreïn, qui a été annoncé vendredi. « Cette mosquée n'est pas dirigée par des musulmans », a déclaré l'avocat palestinien Khalid Zabarqa, dans une autre partie du rapport. 
 
Lorsque les Emirats acceptent une telle clause, cela signifie donner le feu vert à la domination israélienne sur la mosquée d’Al-Aqsa et il s'agit d'une violation claire, généralisée et légalisée de la mosquée d’Al-Aqsa [après l'occupation de Jérusalem en 1967]. 
 
Au fil des ans, le soi-disant « mouvement du temple » s'est développé, dirigé principalement par la droite extrémiste juive religieuse et nationaliste, et a cherché à changer le statu quo. L'ONG israélienne Ir Amim a publié de nombreux rapports ces dernières années, mettant en garde contre ce groupe qui fait désormais partie du mouvement politique et religieux dominant et bénéficie de liens étroits avec les responsables israéliens. 
 
Daniel Seidemann, avocat sioniste et expert des questions géopolitiques, profondément préoccupé par ce qui se passe, a déclaré : « Nous assistons à Jérusalem, à une croissance des factions religieuses qui arment la religion. Nous sommes sur un chemin qui mène à un conflit. Nous savons que chacun de ces paragraphes a été rédigé conjointement par une équipe américano-israélienne. Le remplacement du terme « mosquée Al-Aqsa » par « sanctuaire sacré » n'est pas du tout accidentel ». 
Read 9 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir