Il est absurde d’affirmer qu’Israël était au courant de l’opération du Hamas

Rate this item
(0 votes)
Il est absurde d’affirmer qu’Israël était au courant de l’opération du Hamas

Par Ramin Mazaheri

Nulle part dans le monde le bien et le mal, le juste et l’injuste ne sont plus clairs qu’en Palestine.

Les défenseurs du régime israélien n’ont pas l’honnêteté d’admettre qu’ils ne croient qu’à la loi de la jungle, et certainement à aucun des enseignements des religions abrahamiques.

Ou encore, ils manquent manifestement d’honnêteté pour admettre qu’« œil pour œil, dent pour dent » ne s’applique qu’à eux, mais jamais contre eux. C’est malheureusement une vieille nouvelle.

On dit beaucoup que le régime israélien était au courant de l’opération historique « Tempête d’Al-Aqsa » menée par la Résistance palestinienne à Gaza, mais un examen plus approfondi révèle son absurdité absolue.

Une affirmation circule également selon laquelle l’Égypte aurait averti le régime de Tel-Aviv quelques jours avant le 7 octobre qu’un événement majeur se préparait, mais Tel-Aviv l’aurait irrationnellement ignoré.

Pendant de nombreuses décennies, les médias mainstream ont été sous l’emprise des capacités tant vantées des gardiens, des espions et des militaires israéliens, mais le 7 octobre a tout brisé.

L’idée selon laquelle le régime israélien était réellement au courant de ce qui l’attendait continue de lui attribuer faussement la toute-puissance et la perfection qui lui manquent manifestement.

La fin logique la plus importante de cette idée selon laquelle « Israël savait, mais… » est l’idée que le régime a laissé le désastre se produire parce qu’il en tirera finalement profit.

C’est une pilule très difficile à avaler, car tout peut réellement arriver à l’heure actuelle, tant la situation est instable et les pertes israéliennes sont déjà sans précédent.

La meilleure comparaison avec cette idée est la croyance selon laquelle le 11 septembre a été organisé par Washington, orchestré parce qu’ils savaient qu’ils pourraient en faire des guerres extrêmement rentables en Afghanistan et en Irak.

Mais la comparaison ici échoue parce qu’Israël est loin d’être aussi puissant militairement que les États-Unis et se trouve dans une position infiniment plus vulnérable.

Les États-Unis sont invulnérables à l’invasion : personne ne prévoit un débarquement simultané à Boston et à Seattle, et aucun char n’est stationné dans le nord du Mexique ou dans le sud du Canada.

Les États-Unis ne sont pas entourés de forces hostiles qui attendent de libérer les Amérindiens de leurs camps de concentration ravagés par la pauvreté.

Au contraire, le régime de Tel-Aviv est entouré de mouvements de résistance dans toute la région, ainsi que des groupes de résistance armés palestiniens eux-mêmes.

L’establishment de Washington est exponentiellement plus grand que l’entité sioniste en termes de puissance dure, de puissance douce, de population, de PNB, de technologie, de sécurité, de qualité de vie – la liste s’allonge encore et encore, et explique pourquoi le régime israélien est entièrement dépendant du soutien américain.

Le pari selon lequel Israël a laissé se produire l’évènement du 7 octobre parce qu’il pense en tirer profit suggère que le régime contrôle réellement la situation.

Voici quatre aspects critiques de la situation sur lesquels Israël n’a certainement pas le contrôle, et qui réduisent également considérablement sa capacité à tenter de contrôler la situation.

La qualité des équipements militaires : nous ne sommes plus dans les années 1990 et l’Occident n’a plus le monopole des meilleures munitions.

La suprématie technologique militaire de la Russie sur l’OTAN est visible quotidiennement en Ukraine à tous ceux qui y prêtent attention. Cela a été prouvé pour la première fois par leur défense réussie du gouvernement syrien et par le fait qu’il n’y a eu aucune tentative militaire occidentale contre Moscou en Syrie.

Missiles hypersoniques, guerre électronique supérieure, meilleure production militaire : c’est une longue liste aux conséquences très graves dans le monde réel.

L’Iran est aujourd’hui incontestablement le leader mondial des drones, possède l’arsenal de missiles balistiques le plus vaste et le plus diversifié de la région de l’Asie de l’Ouest et est l’un des neuf pays à produire des systèmes de missiles de défense aérienne, ce qui montre les progrès fulgurants dans le domaine d’ingénierie.

Il a été rapporté que les combattants de la résistance gazaouie ont échappé aux logiciels espions israéliens simplement en utilisant des téléphones, tablettes et ordinateurs portables chinois Huawei, qui manquaient manifestement des logiciels espions intégrés que les produits américains comme Apple sont censés avoir.

C’est un autre exemple de la façon dont nous ne sommes plus dans les années 1990 et où le monde doit reconnaître que d’énormes progrès technologiques ont été réalisés par les nations non occidentales au XXIe siècle, y compris les mouvements contre l’impérialisme et l’apartheid.

La qualité du moral : les forces fondamentalement anti-israéliennes ont récemment gagné en Irak, en Afghanistan, au Yémen, au Liban, en Syrie, en Ukraine et contre Daech.

Le moral est évidemment très élevé et – comme l’ont prouvé les Vietnamiens aux talibans – rien n’est vraiment plus important en temps de guerre que le moral.

Il n’y a aucune raison pour qu’Israël ait un moral élevé : toutes les forces fondamentalement pro-israéliennes continuent de perdre, et le régime lui-même est ravagé par une crise interne.

Pourquoi les habitants de Gaza n’auraient-ils pas un moral élevé et ne lanceraient-ils pas une contre-attaque aussi massive ?

Tout comme les Vietnamiens d’inspiration socialiste dans leur lutte contre le Japon, puis la France et ensuite les États-Unis, les Palestiniens ont accumulé du matériel de guerre de mieux en mieux, et eux aussi voient quels sont les camps qui ont réellement gagné sur le champ de bataille ces dernières années.

La qualité de l’expérience : toutes les victoires énumérées ci-dessus ont créé un groupe de soldats aguerris et de soldats devenus conseillers militaires.

Il y a une raison pour laquelle il y a tant de statues de personnes comme le général Qassem Soleimani, le plus haut commandant antiterroriste iranien, en dehors de l’Iran, mais pas de statues de chefs militaires pro-israéliens.

Comment pouvons-nous comparer l’armée israélienne, qui regorge de conscrits n’ont jamais combattu en temps de guerre contre un homologue militaire, et qui ne combattent au préalable qu’avec un soutien aérien massif, avec les forces qui ont vaincu Daech (soutenu par Israël) et les forces américaines ?

Il s’agit bien sûr d’une question sérieuse à laquelle on pourrait répondre si Israël ose entrer à Gaza.

Au-delà des personnes, les équipements utilisés dans ces guerres de défense et ces véritables actions antiterroristes ont été testés au combat.

À l’inverse, l’équipement utilisé par Israël, les États-Unis et l’OTAN est principalement destiné à la vente – généralement à leurs dictatures fantoches – et non à un usage réel, de sorte que même leur équipement « manque d’expérience » pour gagner.

Cette réalité d’une technologie occidentale inférieure est incroyablement et indéniablement évidente en Ukraine.

Si les gens pouvaient simplement accepter cette nouvelle réalité, ils comprendraient alors le monde depuis 2015, lorsque la Russie a commencé son intervention pour aider la Syrie, de manière beaucoup plus efficace.

La qualité de l’idéologie : avec la chute de l’URSS, une grande partie du monde est devenue une fainéante idéologique prête à accepter - malgré toutes les preuves néocoloniales du contraire - que la démocratie libérale était le modèle sociopolitique le plus humain, le plus égalitaire et le plus moderne.

Le déclin précipité de l’Occident, déclenché par la grande crise financière de 2008, et la montée simultanée de la Chine et de l’Iran ont montré que les modèles alternatifs – en particulier ceux d’inspiration socialiste et non d’inspiration libérale – sont en effet supérieurs, comme tant de milliards de personnes le croyaient avant l’implosion de l’URSS par leurs élites.

Nous devons nous rappeler que l’Union européenne n’a véritablement démarré qu’en 2009, avec le Traité de Lisbonne, et qu’elle s’est avérée flamboyante, année après année, qu’elle n’était qu’un échec économique, moral, politique et démocratique, ajoutant considérablement au discrédit idéologique mondial de la démocratie libérale occidentale.

Nous ne sommes pas dans les années 1990 : il y a le mécontentement, le manque de respect et le danger, qui sont désormais associés à l’idéologie de la démocratie libérale occidentale.

Bien sûr, les habitants de Gaza emprisonnés n’ont jamais eu de raison de faire confiance au régime israélien, mais il suffit d’aller sur Twitter et de regarder tous les Occidentaux qui voient la vérité sur les crimes israéliens - ce qui était technologiquement impossible à faire pendant si longtemps - et vous verrez que l’idéologie occidentale se flétrit sous un examen impartial ; les mèmes modernes abondent et sont amusants, comme un mème actuel qui révèle que les mêmes pays qui ont envoyé des armes à l’Ukraine sont essentiellement exactement les mêmes qui refusent de reconnaître l’État palestinien.

Il est souvent vrai qu’en Occident, aucune perte – militaire, scientifique ou politique – ni aucun discrédit moral ne peuvent faire comprendre à beaucoup d’entre eux à quel point ils ont chuté depuis 2007.

Ce refus de croire à une quelconque réduction de leur pouvoir n’ajoute rien à leur pouvoir réel en 2023 - l’illusion ne peut mener que jusqu’à un certain point dans le monde réel -, mais les quatre facteurs mentionnés ci-dessus se sont clairement améliorés en faveur des forces de résistance anti-israéliennes.

Ainsi, l’idée selon laquelle le régime israélien se mettrait volontairement dans une situation aussi instable à un moment aussi difficile pour lui – et penserait qu’il peut facilement la contrôler et même en tirer profit – semble totalement illogique, définitivement désespérée et peut-être même suicidaire.

Le régime de Tel-Aviv est depuis longtemps meurtrier, mais il n’est pas suffisamment suicidaire pour risquer une Troisième Guerre Mondiale à un moment aussi tendu.

Enfin, il y a l’idée que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu - bien qu’il soit moins populaire que jamais - a été capable d’orchestrer un véritable démantèlement des systèmes militaires israéliens le 7 octobre afin de créer l’unité inévitable qu’induit la guerre et ainsi se sauver des poursuites judiciaires.

Cette idée implique un vaste réseau de personnes pro-Netanyahu qui, d’une manière ou d’une autre, échappent de façon spectaculaire à la détection du grand nombre d’Israéliens anti-Netanyahu qui auraient sûrement dénoncé une telle opération.

Une telle conspiration inimaginable est une continuation pathétique de la fausse théorie de la « toute-puissance » de Tel-Aviv et constitue encore une autre atteinte à l’action des Palestiniens, tentant de rendre sans importance les quatre tendances historiques ci-dessus.

Et elle refuse de voir correctement l’opération sans précédent à Gaza – comme le dernier effondrement du régime israélien et de l’Occident depuis la Grande crise financière de 2007 provoquée par les États-Unis et l’échec de l’Union européenne.

Bien sûr, la seule idée véritablement connue à l’heure actuelle est qu’il existe de nombreuses façons dont les choses peuvent aller très, très mal en ce moment.

Cependant, l’axe de la Résistance est évidemment plus fort qu’au cours de plusieurs générations, et l’idée selon laquelle la main d’Israël est suffisamment puissante pour contrôler absolument tout, tout le monde et chaque tendance historique est moins logiquement soutenable.

Ramin Mazaheri est correspondant en chef de Press TV à Paris et vit en France depuis 2009. Il a été journaliste quotidien aux États-Unis et a réalisé des reportages en Iran, à Cuba, en Égypte, en Tunisie, en Corée du Sud et ailleurs. Son dernier livre s’intitule « Les Gilets jaunes en France : la répression occidentale des meilleures valeurs de l’Occident ». Il est également l’auteur de « Le succès ignoré du socialisme : le socialisme islamique iranien » ainsi que de « Je ruinerai tout ce que vous êtes : mettre fin à la propagande occidentale sur la Chine rouge ».

Read 140 times