Les derniers moments (Sakrat al-Mawt), 2ème partie

Rate this item
(0 votes)
Les derniers moments (Sakrat al-Mawt), 2ème partie

C’est le pire sentiment et à ce moment une seule pensée nous vient à l’esprit : Ô Seigneur ! Si seulement tu pouvais me redonner la vie ! Il y a aussi un autre niveau de regret, il s’agit des regrets envers les actions obligatoires, de nos devoirs envers Allah (swt).

« J’ai 20 ans, je vais approximativement vivre jusqu’à 80 ans. Je prierai plus tard, laissez-moi profiter de la vie avant d’accomplir ces obligations… »
Le sentiment de regret apparaîtra ainsi : « On n’a pas arrêté de me dire d’aller au Hajj…mais j’ai toujours reporté, tous les ans, jusqu’à aujourd’hui, mais c’est trop tard. »

On regrettera toutes ces années où l’on n’a pas parlé à notre frère, notre cousin ou à un membre de notre famille. On voudra pardonner, on voudra demander pardon, mais ce sera trop tard…

Si par exemple, nous avons un membre de notre famille qui est hospitalisé, que pouvons-nous faire pour atténuer sa souffrance ?
S’il existe un remède contre sa maladie, vous ne pouvez pas refuser ce remède, ni le matériel médical mis à disposition. Mais vous pouvez refuser uniquement si c’est pour améliorer le confort du malade.

L’euthanasie ou le suicide assisté est interdit même si le malade est dans un état végétatif, même s’il souffre. L’euthanasie est différente de la morphine qui est autorisée.
L’euthanasie est interdite car la personne que vous croyez être en stade final ne l’est peut-être pas. Le pouvoir d’une invocation peut l’aider ! Souvent, une personne est sur le point de mourir mais un dou’a sincère peut la sauver.

Les juifs estiment que nous avons souffert au moment de venir au monde et nous souffrirons au moment de le quitter. Nous avions du mal à respirer la première fois et nous aurons du mal à respirer la dernière fois.

Le Christianisme dit que l’euthanasie n’est pas autorisé car la douleur et la souffrance à la fin de la vie constituent un moment spirituel, c’est un test spirituel pour le malade. C’est un test de la foi et de la patience. Des savants de la religion disent qu’il s’agit d’une purification de notre âme qui a été terni par nos péchés. Nous sommes purifiés intégralement avant de rencontrer notre Seigneur, nous retournons à Lui dans un état où Il est satisfait de nous.
Il y a des péchés qui affectent la foi d’un individu durant ses derniers moments avant de rendre l’âme :
- La médisance : ceux qui pratiquent la médisance font partie des personnes qui auront un doute sur leur foi au moment de quitter ce bas-monde. Certains disent que la médisance c’est dire une chose vraie derrière le dos d’une personne. Non, médire c’est dire une chose vraie derrière le dos d’une personne qui n’aurait pas aimé que quelqu’un aille le raconter aux autres.
- L’envie touche ceux qui ne supportent pas de voir plus beaux qu’eux, plus intelligents qu’eux, plus riches qu’eux, plus célèbres qu’eux. Cette jalousie coutera très cher à l’approche de la mort.
- Les alcooliques : Même s’ils ont un amour inconditionnel pour l’Imam Houssain (a), ils ne peuvent se séparer de l’alcool. Ces individus souffriront beaucoup.
- Le fait de ne pas respecter sa mère ou de couper toute relation avec elle : Peu importe la raison, continuez à faire salam à votre mère et à garder des relations avec elle car un jour arrivera où elle ne sera plus dans ce monde.

Un jour, un jeune homme allait mourir. Le Saint Prophète (s) lui a dit de réciter la Shahaadah. Il n’arrivait pas. Le Saint Prophète (s) lui a demandé à plusieurs reprises et malgré tous ses efforts, le jeune homme n’y arrivait pas. Il ne pouvait pas prononcer « Laa ilaaha ilallah ».
Le Saint Prophète (s) s’est tourné vers la maman du garçon et lui a demandé : « Cela fait combien de temps qu’il ne vous parle plus ? »
D’après des traditions, la maman a dit que cela faisait maintenant 6 ans. Le Saint Prophète (s) a dit : « Sans aucun doute, une personne qui a ainsi coupé les relations avec sa maman ne pourra jamais prononcer la Shahadah ! »

Des personnes disent qu’ils n’ont pas besoin de prier toute leur vie, ils n’ont qu’à réciter la shahaadah avant de mourir et ce sera suffisant. Mais comment pouvez-vous savoir si vous aurez cette chance de la réciter ou non ? Aurez-vous tous vos sens pour la réciter ?
Ne soyez pas comme Pharaon !

Que pouvons-nous réciter pour nos proches lorsqu’ils sont en plein Sakrat al-Mawt ?
Récitez le Dou’a-e-Adeelah, la Sourate al Yassine, la Sourate al Safaat, la Sourate al Ahzaab, les 3 derniers versets de la Sourate al Baqarah.
Ces Sourates vont aider et joueront le rôle de bouclier pour contrer les murmures de Shaytan lorsqu’il tentera de ternir la croyance du mourant.
Récitez également « Ya Allahou Ya Rahmanou Ya Rahimou, Ya Mouqalibal Qouloub, Sabith Qalbi ala deenika » et « Allahoumaj’al Mahya, Mahya Mouhammad wa ale Mouhammad, wa Mamaati, Mamaat Mouhammad wa ale Mouhammad. »

Traduit par l’équipe Shia974 ✨ 

Read 105 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir