ACHOURA N'EST PAS UNE FÊTE !!

Rate this item
(0 votes)
ACHOURA N'EST PAS UNE FÊTE !!

Achoura n’est pas une fête !
La raison est le premier Prophète envoyé par Dieu à l’être humain et l’ignorance sa pire ennemie. Ne laissons pas cette ignorance nous vaincre, cette ignorance née dans le suivisme inconscient d’une pratique malsaine entretenue par les plus subversifs, les plus démagogues et les plus terroristes des clans que nous ayons jamais connus parmi les gens. Le cas échéant, le temporel prédominerait sur le spirituel.

Chers amis, Achoura ou Tamkharit n’est pas une fête pour les musulmans toutes convictions confondues. C’est un deuil, un jour de tristesse et de malheur pas pour les musulmans exclusivement mais pour toute l’humanité voire toutes les créatures de tout l’univers. Je vais paraitre sûrement bizarre aux yeux de certains, pensant que je suis en train de faire une hérésie. Parce qu’on vous a fait croire à un bon nombre de contre-vérités relatives à ce jour d’Achoura, traduction littérale de l’arabe du 10e jour du mois de Muharram.
Si je vous demanderais que s’était-il passé en ce jour dans l’histoire, la plupart d’entre vous me répondraient que c’est le 1er jour ou le 1er mois du nouvel an musulman. D’autres me rajouteraient mais pas que ! C’est ce jour où Noe a échappé au déluge, où Moise s’est sauvé de Pharaon et de son armée, où Yunus est libéré du ventre du poisson etc. Oui, je vous dirais, ces évènements se sont produits dans l’histoire. Mais NON, ils ne se sont pas produits à ce jour, 10 Muharram, Achoura. Un seul et unique évènement s’est passé le jour d’Achoura : Karbala, théâtre de la plus grande révolution de l’Histoire du monde, de la tragédie la plus insupportable de tout l’univers : le massacre du petit-fils bien aimé de notre Saint Prophète Mouhammad (PSLF), Houssein. Celui dont le Prophète disait : “Houssein est de moi et je suis de Houssein”, fût tué de la manière la plus atroce, la plus horrible qu’on ait jamais vue, lui, sa famille et ses compagnons. Voilà ce qui s’était passé ! Voilà ce que vous êtes en train de fêter !

Chers amis, supposons que tous ces évènements se soient produits en ce jour d’Achoura. Là, doit automatiquement nous interpeller une question très pertinente : lequel parmi ces évènements nous concerne directement en tant que musulman ? La tragédie de Karbala, bien sûr si nous aimons le Prophète Mouhammad (PSLF). Nous devons, ne serait-ce que pour lui être reconnaissants, partager cette peine avec lui, pleurer comme il l’avait fait lorsqu’il avait pris Houssein dans ses mains juste après sa naissance. Pourtant l’Islam a bien des réalisations qui méritent d’être célébrées et dont le Prophète Mouhammad est témoin et acteur principal. Pourquoi snobons-nous la victoire de la bataille de Badr, la conquête de la Mecque par le Prophète ? Devons-nous pas les fêter si charité bien ordonnée commence par soi-même ?

Malheureusement, ceux qui ont commis ce grandissime crime ont eu la ruse de placer d’autres évènements le jour d’Achoura pour bien dissimuler leur scandale à la postérité. Mieux ou pis, ils sont allés jusqu’à decreter 10 Muharram comme jour de l’an. Laissons de côté la contradiction du fait de fêter le nouvel an au 10e jour et convoquons l’histoire. Nous savons tous, ou du moins, ceux qui ont une modeste connaissance de l’histoire savent que l’Islam a débuté son calendrier à l’hégire, jour qui marque l’émigration du Prophète à Medine. Ce voyage a eu lieu le 1er du mois de Rabi Al Awwal, mois du Gamou (célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète).
Un autre événement non sus-cité a aussi été placé à cette date : le Yom Kippour (fête juive du Pardon durant laquelle il est recommandé aux hébreux de jeûner). Là encore, le calendrier juif nous montre qu’elle n’avait pas coincidé au jour d’Achoura. Voilà une preuve qui atteste que le jeûne d’Achoura n’existe pas, comme tant d’autres pratiques rituellement respectées ici et ailleurs car ils émaneraient du Prophète.
Non, chers amis, aucune Sunna de notre Prophète Mouhammad n’existe et n’a jamais existé le jour d’Achoura si ce n’est pleurer Imam Houssein (as). Et cela, El Hadj Malick Sy (qu’Allah l’agrèe) le savait très bien. Dans un de ses poêmes, il précise : “De tous mes prières, jeûnes, pélerinages et autres adorations, je n’ai aucun espoir en Allah d’accéder au Paradis. Mais pour les larmes que j’ai versées pour Houssein, j’ai grand espoir d’accéder au Paradis.” Cheikh Ahmadou Bamba (qu’Allah l’agrèe) lui, rend un brillant hommage à Imam Houssein et ses compagnons à travers son illustre Khassida intitulé Huqq-al Bukâ. Il dit : “Faut-il pleurer les nobles morts qui ont été pleurés même par la terre et les cieux ? Je les pleure, espérant de ce fait la Grâce de Celui en Qui ils se sont anéantis avec plaisir. O douleur! cette peine qui frappe mon âme par la perte d’éminents saints qui ont quitté ce monde vers un Seigneur qui les a appelés aux délices. Les nuits aussi bien que les mois, les pleurent de même que le soir et le matin avec douleur...”
De là, nous pouvons comprendre et accepter que pleurer Imam Houssein n’est pas seulement une expression émotionnelle liée à un amour éperdu. C’est une auto-éducation spirituelle, une sorte d’épuration du coeur des affaires mondaines. Mais surtout comprendre qu’Achoura est très loin d’être une fête.

Qu’Allâh rende grandiose notre rétribution pour notre malheur du massacre de Houssein et qu’IL nous place ainsi que vous au nombre de ceux qui demandent sa vengeance avec son Walî, l’Imam Mahdi (aj) de la famille de Mouhammad (PSLF) ! Amin !

© Mouhamadoul Amine SOUGOU

#Achoura #Karbala #Hussein

https://www.facebook.com/groups/158925815555950/permalink/301392861309244/

Read 71 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir