Les femmes ont-elles également joué un rôle dans l'événement d'Achoura?*

Rate this item
(0 votes)
Les femmes ont-elles également joué un rôle dans l'événement d'Achoura?*

*Les femmes ont-elles également joué un rôle dans l'événement d'Achoura?*

Extraits de discours du Guide suprême de la révolution islamique d'Iran Ayatollah khamenei sur les différents aspects du Soulèvement de l'Imam Hussein (a.s.)

Zeynab al-Kubra (s.a.) est un modèle de premier plan dans l'histoire et montre l'importance de la présence d'une femme dans l'un des événements les plus importants de l'histoire humaine. Le sang a remporté une victoire sur l'épée le jour de l'Achoura, et Zeynab al-Kubra (s.a.) était la cause de cette victoire. C'était parce que les forces de la justice ont apparemment été vaincues dans un combat militaire à Karbala, mais le comportement de Zeynab al-Kubra (s.a.) a été le facteur qui a transformé cette défaite apparente en une victoire permanente et décisive. Cette victoire était due au rôle qu'elle a joué après le jour de l'Achoura. C'est un point très important. L'événement a prouvé que les femmes ne sont pas à la périphérie de l'histoire. Il a prouvé que les femmes peuvent jouer un rôle central dans les événements historiques importants. Cela a également été souligné à plusieurs endroits dans le Saint Coran. Mais Zeynab al-Kubra (s.a.) est un exemple récent et n'appartient pas aux temps anciens. L'histoire de sa vie est un événement tangible. Elle a joué un rôle brillant, faisant que les ennemis - qui avaient apparemment gagné la bataille et tué tous leurs adversaires - se sentent humiliés dans leur propre base. Elle les a marqués d'une disgrâce permanente et a transformé leur victoire en défaite. C'est ce qu'a fait Zeynab al-Kubra (s.a.). Elle a prouvé qu'il est possible de marquer, par le biais de la décence et de la chasteté féminines,  une gloire et un grand djihad.

La grandeur du mouvement de Zeynab al-Kubra (s.a.) se reflète dans ce qui reste de ses sermons. Son sermon inoubliable sur le marché de Koufa n'était pas qu'un discours ordinaire. Ce n'était pas seulement l'opinion personnelle d'une personnalité importante. Son sermon était une analyse formidable et magnifiquement formulée de la situation de la communauté islamique à cette époque. Le sermon comprenait les concepts islamiques les plus profonds. Voyez à quel point son caractère était fort. Son frère - son imam et guide - avait été martyrisé dans un désert deux jours auparavant. Ses êtres chers, ses enfants et bien d'autres personnes avaient été martyrisés. Elle et des dizaines d'autres femmes et enfants ont été emmenés captifs le même jour. Ils ont été défilés dans différents endroits. Certaines des personnes qui les regardaient étaient joyeuses et certaines versaient des larmes. Zeynab (s.a.) a soudainement commencé sa grande mission dans cette situation critique. Elle parlait tout comme son père lorsqu'il prononçait un sermon à son peuple pendant sa gouvernance. Elle a parlé du même ton. Elle a parlé en utilisant le même genre de mots que l’Imam Ali (a.s.) utiliserait. Elle était également éloquente et précise, et ses paroles étaient tout aussi profondes. « O gens de Koufa, vous les comploteurs et faux-prétendants », peut-être que vous-mêmes commenciez à croire que vous suiviez l'islam et la Lignée du Saint Prophète, mais vous avez lamentablement échoué dans cette épreuve. Vous vous êtes avéré aveugle dans la fitna. « Vous ne pouvez rien faire d'autre que vous engager dans une allégeance changeante, de l'hypocrisie, des flatteries, de l'auto-humiliation et des propos vides de sens ». Vos actions étaient différentes de vos paroles. Vous êtes devenu arrogants et vous avez pensé à tort que vous étiez pieux. Vous pensiez que vous étiez toujours les adeptes du Commandeur des Croyants [Imam Ali] (a.s.). Mais la vérité était autre chose. Vous n’étiez pas capable de faire face à la fitna. Vous n’étiez pas en mesure de vous sauver. « Vous avez ruiné tout ce que vous aviez fait auparavant », par votre manque de perspicacité, votre méconnaissance de la situation et votre incapacité à distinguer le bien du mal, vous avez ruiné tout ce que vous aviez construit. Vous avez l'air fidèle et vous continuez à faire des revendications révolutionnaires, mais au fond vous êtes vides et faibles devant les péripéties.

Elle a parlé avec fermeté et éloquence dans cette situation difficile. Ce n'était pas le cas qu'elle avait un public assis devant elle et écoutant en silence. Elle ne parlait pas comme un orateur parlerait à son auditoire. Elle était entourée par les ennemis, tenant des lances dans leurs mains. Il y avait aussi des gens ordinaires là-bas - les mêmes personnes qui ont abandonné Muslim [ibn Aqil] à Ibn Ziad, les mêmes personnes qui ont écrit des lettres à l’Imam Hussein et lui ont ensuite rompu leur allégeance, les mêmes personnes qui se sont cachées chez elles exactement au moment où elles étaient censées tenir tête à Ibn Ziad. Parmi les gens, il y avait aussi des individus qui n'étaient pas assez courageux pour faire ce qu'ils auraient dû faire, et ils regardaient la fille de l’Imam Ali en larmes ce jour-là. Zeynab al-Kubra (s.a.) a été confrontée à cette foule peu homogène et peu fiable, mais elle a parlé d'une manière ferme. C'était une femme exemplaire de l'histoire. Ces femmes ne peuvent pas être considérées comme faibles. Cette nature féminine fidèle peut se révéler dans des conditions difficiles. Elle est un modèle pour tous les grands hommes et femmes du monde. Elle a présenté une analyse approfondie des problèmes auxquels est confrontée la révolution lancée par le Saint Prophète (SAWA) et l’Imam Ali (a.s.). Elle a dit : « Vous ne pouviez pas faire la distinction entre le bien et le mal dans la fitna. Vous étiez incapable de remplir votre devoir. En conséquence, ils ont décapité le petit-fils du Saint Prophète (SAWA) et l'ont mise en haut d’une lance. » Nous pouvons comprendre la grandeur de son caractère lorsque nous considérons de telles choses. (21 avril 2010)

La vénérée Zeynab (SA) a joué un rôle sans précédent dans la voie de l’Imam Hussein (a.s.) à Karbala, le jour d'Achoura, avec toutes ces épreuves et le martyre de l’Imam Hussein (a.s.). Il est impossible de trouver un cas similaire dans l'Histoire. Ensuite, de nombreux évènements ont eu lieu pendant la captivité, à Koufa et à Cham, qui ont été chacun, un prélude au mouvement islamique, au progrès de l'idéologie islamique et à la prospérité de la communauté musulmane. Grâce à ces grands efforts désintéressés, Zeynab al-Kubra (SA) a atteint une place privilégiée auprès d'Allah le Très-Haut, que nous ne pouvons pas décrire.
Dans le Saint Coran, Allah le Très-Haut mentionne le nom de deux femmes comme exemples parfaits de foi et deux femmes comme exemples de mécréance. « Allah cite comme exemple aux impies la femme du prophète Noé et celle du prophète Loth. Elles étaient toutes deux sous l'autorité de deux de nos adorateurs vertueux » [Coran, 66 :10]. Allah le Très-Haut, mentionne le nom de femmes et non d'hommes comme exemples de mécréance et aussi de foi. » « Allah propose, à titre d'exemple à ceux qui croient, la femme de Pharaon. Et Marie, la fille d'Imran» [Coran, 66 : 11-12]. Une brève comparaison entre Zeynab al-Kubra (SA) et la femme du Pharaon montre la grandeur de la vénérée Zeynab al-Kubra (SA). Dans le Coran, la femme de Pharaon est présentée comme un exemple de foi pour les hommes et les femmes jusqu'à la fin des temps. Mais il suffit de comparer Zeynab al-Kubra avec la femme de Pharaon qui avait cru à la prophétie de Moïse et avait suivi sa direction. Quand elle fut torturée par le Pharaon selon les récits et les textes historiques, et avant de décéder sous la torture, elle dit : « O mon Seigneur, construis-moi au paradis une maison dans Ta proximité. Et sauve-moi du Pharaon et de ses actes » [Coran, 66 : 11]. En fait, elle implorait la mort, son problème était la torture et la douleur physique. Tandis que la vénérée Zeynab al-Kubra avait perdu plusieurs frères, deux enfants, et beaucoup de ses parents et neveux. Elle avait vu de ses propres yeux ses proches aller au champ de bataille où ils ont tous été tués. Assyah, la femme de Pharaon, n'a pas enduré les douleurs et les peines psychologiques de Zeynab al-Kubra.
Le jour d'Achoura, Zeynab al-Kubra a vu ses proches aller au champ bataille et tomber en martyrs. Elle a assisté au martyre de ses frères, Hussein ibn Ali (a.s.) et Abbas ibn Ali (a.s.), de ses neveux Ali Akbar et Qassem, de ses enfants et de ses autres proches. Après toutes ces douleurs, elle a enduré également les assauts de l'ennemi et son mépris, et a dû prendre soin des enfants et des femmes qui étaient restés vivants. Est-il possible de comparer l'ampleur de cette tragédie à la douleur physique ? Mais quand elle a été confrontée à ces difficultés, Zeynab al-Kubra n'a pas dit à Dieu de la sauver. Elle n'a pas dit "Ô mon Seigneur, sauve-moi." Le jour d'Achoura, elle a dit: «Mon Dieu, accepte ceci de notre part." Face au corps mutilé de son frère, elle a dit, " Mon Dieu, accepte ce sacrifice de notre part." Quand on lui a demandé de décrire ce qu'elle avait vu, elle a répondu : « Je n'ai vu que de la beauté ».

Toutes ces tragédies étaient belles aux yeux de Zeynab al-Kubra parce qu'elles venaient de Dieu, servaient la cause de Dieu et étaient censées promouvoir la parole de Dieu. Voyez combien cette position, cette patience et cet amour pour la justice et la vérité sont différents de la position de la vénérée Assyah, décrite dans le Coran. Cela montre la grandeur de Zeynab. C'est la nature des actes menés pour Dieu. Par conséquent, le nom et les actes de Zeynab (a.s.) sont actuellement un modèle et resteront éternels jusqu'à la fin des temps.

La permanence de l'Islam et de la voie divine, et la poursuite de cette voie par les serviteurs de Dieu, sont les résultats de ce qu'ont accompli Hussein ibn Ali (a.s.) et Zeynab al-Kubra (SA). Leur grande patience, leur résistance et leur endurance dans les épreuves et des difficultés, ont permis comme vous voyez, la survie des valeurs religieuses dans le monde moderne. Toutes ces valeurs humaines qui sont compatibles avec la nature humaine et les différentes écoles de pensée, sont enracinées dans les valeurs religieuses. Ces valeurs ont été promues par la religion et c'est le résultat des efforts pour une cause divine. (8 février 2010

Read 32 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir