2 histoires coranique

Rate this item
(0 votes)
2 histoires coranique

Ce samedi est le premier jour du Mois Muharram début du Nouvelle an Hijir Lunaire.
Que Allah a Le Très Haut nous béni tous , cette année.
Je voulais vous rappelez 2 éventements Historique mentionné Dans le Saint Coran(Sourate Al-Imaran et Sourate Al-Insan) survenue a la fin du mois Dhil Hajja.
Bonne Lecture!

 

La premier histoire

Le dialogue avec les Gens du Livre

Le jour de l’exécration réciproque (Mubâhala) a eu lieu le 24 du mois sacré de dhû al-hijja. La Mubâhala est un rituel islamique auquel on a recours lorsque le dialogue est sans issus entre les interlocuteurs sur des questions doctrinales où une partie refuse de reconnaître la vérité et se voit appelée, par la partie qui se croit dans la vérité, à une confrontation où chaque partie maudit l’autre et invoque Dieu pour maudire la partie qui ment. Il est connu que Dieu fait descendre Son châtiment sur la partie criminelle.

Ainsi, au neuvième année de l’hégire, le Prophète (P) avait remporté beaucoup de victoires militaires et des délégations arabes affluaient à Médine pour se convertir à la nouvelle religion. Dieu a signalé cet évènement en disant : ((Lorsque viennent le secours de Dieu et la victoire ; lorsque tu vois les hommes entrer en masse dans la religion de Dieu ; célèbre les louanges de ton Seigneur et demande-Lui pardon)) (Coran CX, 1-2-3). Parmi ces délégations on comptait celle des Chrétiens de Najrân qui voulaient polémiquer sur des questions comme la véracité de l’Islam et la personne de Jésus (p). Le Prophète (P) les a accueillis avec beaucoup de respect et ne possédant pas une demeure pour les installer, il les a reçus dans sa propre Mosquée où d’habitude il recevait ces hôtes croyants ou incrédules. Les chrétiens de Najrân ont voulu faire leur prière à l’intérieur de la Mosquée du Prophète (P) tout en se dirigeant vers l’orient et tout en faisant sonner leurs cloches. Certains Musulmans ne l’ont pas apprécié, mais le Prophète (P) leur a demandé de les laisser agir comme ils l’entendaient pour leur montrer ainsi la tolérance de l’Islam.

 

Jésus (p), la Parole de Dieu

Une polémique a eu lieu entre le Prophète (P) et la délégation chrétienne sur leur croyance disant que Jésus (p) est Dieu ou l’incarnation de Dieu ou encore le fils de Dieu. Le Prophète (P) a affirmé que Jésus (p) est une créature de Dieu et, comme ils ne voulaient pas l’accepter, il les a invités à procéder à l’exécration réciproque. Cela est signalé par les versets coraniques qui disent : ((Il en est de Jésus comme d’Adam auprès de Dieu : Dieu l’a créé de terre, puis Il lui dit : ‘Sois’, et il est. La vérité émane de ton Seigneur. Ne sois pas au nombre de ceux qui doutent. Si quelqu’un te contredit après ce que tu as reçu en fait de science, dis : ‘Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes ; nous ferons alors une exécration réciproque en appelant une malédiction de Dieu sur les menteurs)) (coran III, 59-60-61).

Les Chrétiens ont accepté de relever le défi mais leur chef leur a demandé d’attendre pour voir qui sont les personnes que le Prophète (Psl) allait choisir pour être à ses côtés dans le rituel de l’exécration réciproque. Le Prophète (P) s’est présenté couvert d’un manteau noir avec al-Hassan (p) et al-Hussayn (p) dans ses bras, ‘Alî (p) et Fâtima (p) marchant derrière lui. Il leur a dit : « Dites : ‘Amen’ lorsque je finirai d’invoquer Dieu ». Constatant qu’il s’agissait de la fille du Prophète (P), de son gendre et de ses deux petits fils, le chef de la délégation chrétienne a dit à ses compagnons : « Ô Chrétiens ! Je vois des personnes qui même si elles demandaient à Dieu de déplacer une montagne, Il la déplacerait pour elles. Ne participez donc pas à l’exécration réciproque ». Ils ont été convaincus que si le Prophète n’avait pas été véridique, il n’aurait pas emmené les personnes qui lui étaient les plus chers pour les exposer à un tel danger. Alors la délégation a accepté de conclure un pacte de paix avec le prophète (P) et de verser un impôt après avoir refusé de se convertir à l’Islam. Dans son commentaire du verset de l’Exécration réciproque, Fakhruddin ar-Râzî affirme que lorsque le Prophète (P) avait couvert al-Hassan, al-Hussayn, Fâtima et ‘Alî (p) de son manteau, il a récité le verset qui dit : ((Ô vous les Gens de la Maison ! Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement)) (Coran XXXIII, 33). Cela prouve la place privilégiée qu’ils ont auprès de Dieu.

L’appel à la parole commune

Tout cela prouve la tolérance de l’Islam et son attitude favorable au Dialogue avec les autres. Après ces événements le Coran a appelé les Gens du livre en disant : ((Dis : ‘Ô Gens du Livre, venez-en à une parole qui soit commune entre nous et vous : que nous n’adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que parmi nous nul n’en prenne d’autres pour seigneurs en dehors de Dieu’ - Puis, s’ils tournent le dos, eh bien, dites : ‘Soyez témoins que, oui, c’est nous qui sommes les Soumis)) (Coran III, 64).

C’est de cette méthode que le Coran parle lorsqu’il dit : ((Appelle les hommes dans le chemin de ton Seigneur par la sagesse et une belle exhortation ; discute avec eux de la meilleure manière)) (Coran XVI, 125) .

Le jour du Mubahala etait le jour de victoire de la vérité, Un jour Important pour Noble Prophète(p), sa famille Et tous les musulmane.

 

La seconde occasion  en ce jour , évoquée par le Coran représente les vertus des Gens de la Famille (p): al-Hassan et al-Hussein (p) sont tombés malades, à ce moment là, le Prophète (P) leur a rendu visite et dit à ‘Ali et à Fâtima (p) de prononcer le vœu de donner de l’aumône ou de jeûner si Dieu les guérirait.

Ils l’ont fait et fait le jeûne pendant trois jours. Et comme Seyedna l’Imâm ‘Ali (p) ne possédait rien, il a emprunté de l’argent à un Juif de Médine et, achetant trois mesures d’orge, Fâtima (p) a préparé du pain. Au moment de se mettre à table avec leur servante Fidda, on a frappé à la porte, un mendiant s’est présenté et il a eu le tiers du pain. Puis un prisonnier suivi d’un orphelin ont eu droit aux deux tiers restants et Ali et Fâtima n’ont eu, pour rompre le jeûne, que de l’eau. Aussi, Dieu a révélé les versets suivants : ((Ils s’acquittent de leur vœu, craignant le Jour où le mal universel sera déployé. Bien qu’aimant leur nourriture, ils la donnent à un mendiant, à un orphelin et à un prisonnier. Nous vous donnons la nourriture pour la cause de Dieu, nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude. Nous craignons de notre Seigneur un Jour lugubre et rétif. Ainsi Dieu les prémunit-Il des misères de ce Jour, leur fait-Il rencontrer la splendeur et la joie)) (Coran LXXVI 7, 8, 9, 10, 11, 12).

Le verset a bien précisé qu’ils donnent la nourriture bien qu’ils l’aimaient et bien qu’ils en avaient besoin. Il en est ainsi car ils prennent en considération le fait que Dieu ait dit : ((Vous n’atteindrez pas à la vertu qu’en faisant dépense de ce que vous aimez)) (Coran III, 92). ((Ils les préfèrent à eux-mêmes, même s’ils souffrent de pénurie)) (Coran LIX, 9).

Ils donnent pour la cause de Dieu non pour en être récompensés par les gens. Cela nous fait penser que l’homme doit vivre pour donner, qu’il doit penser aux nécessiteux et leur donner de ce que Dieu lui a donné car il obtiendra ainsi la récompense divine qui est sans limites.

Les Gens de la Famille (p) ont été comblés de la générosité de Dieu car ils ont aimé Dieu comme Il doit être aimé, ils Lui ont obéi comme Il doit être obéi, ils L’ont adoré comme Il doit être adoré. Que Allah Très Haut nous aide a les suivre , amine

 

Read 1051 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir