SUR QUI DEVONS-NOUS FAIRE LE SALAWATE (SALAT A LA NABBI)?

Rate this item
(0 votes)
SUR  QUI  DEVONS-NOUS  FAIRE  LE  SALAWATE (SALAT A LA NABBI)?

Il  ne  s'agit  pas  pour  moi  de  jeter la  pierre  dans  le  jardin  de  qui  que ce  soit.  Ce  dont  il  est  question, c'est  de  dire  la  vérité  divine  sur  un sujet  donné  en  éclairant  les  zones d'ombre  par  la  lumière  du  saint Coran  et  des  hadiths  authentiques qui  ne  sauraient  contredire,  en  aucune  façon,  le  Kitâbal-Lah  (le  Livre d'Allah). En  effet,  j'ai  été  très  amusé  de  voir la  mine  renfrognée  de  certains  "oulamas"  maliens  lorsque  IBK,  à  l'ouverture  du  congrès  du  Haut  Conseil Islamique  du  Mali  qu'il  a  présidé  le 20  avril  dernier,  a  fait  le  "Tawassoul" (invocation  pour  demander  l'intercession)  par  les  noms  bénis  du  Prophète  et  des  membres  de  sa  sainte famille.  Des  informations  qui  sont alors  remontées  ont  donné  à  penser  que  le  président  malien  ne  devrait  pas  du  tout  faire  le  "Tawassoul" sans  mentionner  les  "Sahabas" (compagnons)  car  le  mot  arabe  "âli" dans  la  formule  du  "salawate" (appel  des  bénédictions  et  salut  divins  sur  le  Prophète)  inclut  toute  la communauté musulmane;  qu'il  n'est donc  pas  exclusivement  réservé  à la  seule  famille  prophétique.  C'est vraiment  incroyable  d'entend  parei le  incongruité  de  la  bouche  de théologiens  musulmans  bardés  de diplômes  supérieurs,  le  doctorat  en particulier! Mon  propos  n'est  pas  pour  dire qu'IBK  a  eu  raison  ou  pas  de  prononcer  la  formule  du  "Tawassoul"  ; ce  n'est  pas  non  plus  de  savoir  s'il était  sincère  ou  pas  en  le  faisant,  ou s'il  était  devenu  chiite,  encore  moins de  connaître  qui  lui  a  inspiré  ou  lui  a appris  cette  façon  d'invoquer  Allah. Mais  je  reste  pantois  devant  la  réaction  manifestement  outrée  de  certains  fins  lettrés  musulmans,  ou considérés  comme  tels  par  les  fidèles,  en  ce  qui  concerne  le  mot arabe  "âli"آل. 


Faire  le  "  salawate"  est  un  commandement  divin  qui  découle  du verset  coranique  no  56  de  la  sourate  33  (Ahzab)  qui  stipule  :
  «En  vérité,  Allah  et  Ses  anges  envoient (perpétue lement)  leurs  salutations sur  le  Prophète.  Ô  vous  qui  croyez, saluez-le  de  salutations  convenables».  
 
Quand  ce  sublime  verset  a été  révélé,  des  "Sahabas"  (compagnons)  ont  demandé  au  Prophète comment  lui  envoyer  les  salutations.  C'est  alors  que  le  noble  Messager  leur  a  indiqué  la  formule  qui est  connue  sous  le  nom  de  "salawate  Ibrahimiya"  dans  laque le  le  fidèle  demande  à  Allah  de  bénir Mouhammad et sa famile comme Il a  béni  Ibrahim  et  sa  famile  ;  de  couvrir  de  baraka  Mouhammad  et  sa fami le  comme  Il  a  couvert  Ibrahim et  sa  fami le  de  baraka.»  
 
C'est  bien ce  que  tous  les  récits  sunnites  attestent  depuis  des  siècles.  Il  est même  aisé  de  relever  que  c'est exactement  cette  même  formule  qui est  prononcée  dans  la  prière  rituelle sunnite  à  la  suite  du  "tachahoud" (attestation  de  l'unicité  divine),  sans quoi  la  prière  ne  serait  point  valable. 
Or,  là,  le  mot  arabe  "âli"  ne  signifie rien  d'autre  si  ce  n'est  la  famille.  Il n'est  nullement  question  de  "Sahabas"  (compagnons) avec tous nos respect,  a  fortiori  de toute  la  communauté  (oummah). Mais  réfléchissons  sainement  et éclairons  le  débat  grâce  au  saint Coran.  
Remontons  au dialogue  entre  Allah  et  le  Prophète Ibrahim(as).  Dans  la  sourate  La  Vache, nous  lisons  ceci  au  verset  124,  et c'est  Allah  qui  parle  :  
«Rappe le-toi, lorsque  ton  Seigneur  éprouva  Ibrahim  en lui  assignant  certaines  prescriptions. Lorsqu'il les eut accomplies, Allah  lui  dit  :  "Je  te  proclame  Imâm  (Élu)  des  humains". Ibrahim  dit  :  "  Et  ma  postérité?"  Le Seigneur  dit  :  "Mon  pacte  n'inclut pas  les  injustes"  ». 
 Tous  ceux  qui comprennent  bien  la  langue  arabe savent  sans  aucune  ambiguïté  que de  la  postérité  dont  parle  le  Prophète  Ibrahim,  il  s'agit  de  ses  enfants,  de  sa  descendance  car  ils sont  les  continuateurs  de  sa  famille. 
Il existe  chez les Chiites  d'innombrables formules  qui  mentionnent la famille  du  Prophète(sawas).  La  plus  courte et  la  plus  connue  est  :  «Alâhoumma  çoli  alâ  Mouhammadine wa  âli  Mouhammadine.»  Notons que,  dans  plusieurs  ouvrages  sunnites  respectés  par  eux-mêmes,  il est  mentionné  que  le  noble  Prophète  a  recommandé  vivement d'éviter  de  faire  sur  lui  le  "salawate batra'a" coupé.  Et  lorsqu'on  lui  a  demandé ce  que  c'est  le  "salawate  batra'a",  il a  répondu  que  c'est  de  prier  sur  lui en  excluant  sa  famille.  On  voit  bien qu'il  s'agit  de  famille  et  non  de  Oummah. Maintenant,  d'où  nous  vient  la  pratique  du  "salawate"  incluant  les  "Sahabas"  (compagnons),  voire  toute  la communauté  ?...
  Cherchons  à  savoir  ce  qui en  est  dit  dans  les  ouvrages  respectés  chez  les  sunnites,  dans  leurs propres  références.  Voici  ce  que mentionne  "Sahih  Boukhari",  leur référence  no1.  Un  compagnon  demande  au  Messager d'Allah  (sawas)  : "Comment  faire  le  salawate    (ou çolât)  sur  vous,  gens  de  la  maison (Ahloul  Bayte)"  ? 
 Et  le  Messager (sawas)  répond  en  donnant  la  formule  de  la  çolât  Ibrahimiyya  (voir fac  simulé  des  pages  du  Sahih  Boukhari,  Hadith  3370;  regardez,  c'est aussi  bien  en  Français  qu'en Arabe). 
 Conclusion  :  La  çolât  sur  le Prophète  (sawas)  est  adressé au Messager d'Allah  et  à  Sa  Famile  (les  gens de  sa  maison,  Ahloul  Bayt).  Toute autre  explication  contredira  avec  flagrance  le  saint  Coran. C'est  sans  doute  pourquoi,  dans  les voies  soufies  et  autres  "Tariqas", tous  les  "salawates"  de  notoriété parlent  uniquement  du  noble  Prophète  et  de  sa  sainte  famille.  Le "Salâtoul  Fatihi"  dans  toutes  les branches  de  la  Tidjaniya  en  offre une  illustration  parfaite. 
 
Allâhoumma  çolli  alâ  Mouhammadine  wa  âli  Mouhammadine.
 
La Sakina N°67 du  vendredi 15 Janvier 2021 ( 20 DJOUMADA -l- Äkir 1442 H)
Read 73 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir