PERSONNALITÉ DE KARBALA : AL HOR IBN YAZID AL RIYAHI

Rate this item
(0 votes)
PERSONNALITÉ DE KARBALA : AL HOR IBN YAZID AL RIYAHI

PERSONNALITÉ DE KARBALA : AL HOR IBN YAZID AL RIYAHI

Al Hor était un grand notable de Kufa. Il imposa le respect dans sa tribu les banni riyahi. Il faisait partie des plus courageux à Kufa. Son courage s’est vu à Karbala. Il est reconnu comme l’un des plus courageux combattants de l’islam de tous les temps. Le courage n’est pas seulement de prendre l’épée et foncer sur l’ennemi. Il y a des prises de positions plus courageuses encore, se lever contre des tyrans et leur dire qu’ils ont tort. Par exemple, si dans une ville il y a un dirigeant injuste et les gens ont peur de parler de lui. SI une personne se soulève et dit que ce dirigeant est injuste et encourage les gens à se lever contre lui. C’est un grand courage.
Un autre exemple, dire la parole véridique devant des gens dont la culture a été déviée. Par exemple, les partisans des ahlul beit ont une culture bénéfique et une mauvaise culture. Par exemple, dans certaines processions de ashura, les gens marchent dans la rue dénudés devant les femmes, c’est une bid3a et c’est mauvais. Si on critique ce système que les gens se sont habitués à suivre, ils vont nous critiquer  de manière véhémente. On parle pas juste d’une discussion avec des amis et une prise de position, c’est facile. Le courage consiste à garder un comportement correct dans des prises de position difficiles : si on perd une chose importante en raison de notre prise de position. SI on se met en colère, si on perd un être cher, si on perd de l’argent. Par exemple, dans la bataille de Khanda2, Amar ibn abedwad était le chef de l’armée qui venait de la Mecque emmenée par abou soufiane contre les musulmans. L’imam Ali était le premier soldat du Prophète saws.
Le Prophète demanda qui veut affronter Amar ibn abedwad? Je lui promet le paradis, gagnant ou tué. 3 fois l’imam Ali as a dit moi car personne n’a réagit. 2 fois le Prophète saws, lui dit assied toi ; Finalement le Prophète le laissa l’affronter. L’imam Ali as l’a blessé sur la cuisse, il était à terre. Amar insulta l’imam Ali as. L’imam s’éloigna de lui. Les gens autour d’eux lui dirent tue le. Il resta un certain temps avant de le tuer. On lui demanda pourquoi après, il as dit il m’a insulté et ca énervé et j’ai eu peur de le tuer par colère et moi je tue car je fias le jihad dans le chemin de Dieu. Je ne veux pas y associer ma colère. Quand ma colère est descendue, je l’ai tué kourbatan ila Allah.
Un jour, Malick Al Achtar, a fait un acte semblable. A Siffine, Malick lui demanda toi tu peux tuer 1000 personnes et moi aussi. Pourquoi toi tu es le héros. Quelle différence entre nous. L’imam lui dit toi tu vas tuer 1000 sans différencier entre les gens. Ceux qui sont tués par moi, même si je ne le tue pas aucun de sa descendance ne sera croyant. Je tue la tête de l’incroyance en gros.
Un autre trait du courage est de prendre une bonne position dans un moment délicat.
Par exemple, omar ibn saad était un croyant, il jeunait, priait. Quand obeydoullah ibn ziyad vint à Kufa et préparer l’armée. Il envoya une petite armée les devancer avec le commandement d’Al Hor. Il choisit omar ibn saad comme grand chef de l’armée. Omar ibn saad avait 2 problèmes : il est de la famille du Prophète saws, de plus tuer l’imam Hussein est trop pour lui. Il demanda à ibn ziyad de ne pas le faire. Ibn ziyad lui dit ce n’est pas grave j’avais un papier pour toi pour gouverner al Ray (Iran). Omar lui dit bon laisse moi réfléchir la nuit. Il réfléchit toute la nuit en se disant si il tue l’imam il va en enfer, et si il quitte, il perd la direction d’Al Ray. Il se demanda je vais quitter le royaume de ray pour le paradis qu’ils disent que Dieu a créé. Si ils disent la vérité que le Paradis existe, je demanderai pardon 2 ans avant de mourir et si ils mentent, j’aurais fait le bon choix. Il était croyant pratiquant, cette prise de position l’a amené à douter de sa foi et il a fait le mauvais choix.
Sens de mot : Qaed (commandant): c’est celui qui mène les troupes et marche devant. Il y a le mot Saek : celui qui dirige mais en étant à l’arrière. Le Qaed est plus courageux que le saek.
Amr ibn 3ass était un compagnon de la fin de vie du Prophète saws. Il avait 2 enfants, Abdallah et Mohamad. Abdallah était plus pieux. Il conseilla a son père qui était vieux de ne pas aller combattre l’imam Ali as, il lui dit dans le passer tu as trop combattu le Prophète saws ; Il était en Palestine. Mohamad au contraire lui dit va et prend ta part du gâteau de mou3awiya. Il dit, Abdallah tu me donnes un bon conseil et mohamad tu me donnes le choix de la vie de ce bas monde. Il demanda à réfléchir la nuit, il se posa les questions sur le choix. Le matin, il avait un servant Wardan qui était très intelligent. Il lui dit prépare la monture pour voyager. Wardan préparea. Ensuite, il dit refait descendre les bagages puis remonte, redescend, puis remonte… Wardan s’est énervé, il lui dit ta raison n’arrive plus à bien penser. Il lui proposa de lui dire ce qu’il y a en lui. Wardan, le monde ici bas et le monde de l’au-delà se combattent dans ton cœur. Tu te dis, celui qui va avec Ali aura l’au-delà. Et Mou3awiya a ce bas monde sans au-delà.  Tu n'arrives pas à choisir. Amr demanda l’avis de Wardan. Wardan le conseilla de rester chez lui. Car si l’imam AlI as gagne tu vas vivre sou un gouvernement juste, il ne te fera pas de mal. Si les hommes qui veulent ce bas monde gagnent, ils ne se passeront pas de toi et t’appelleront ; Amr lui dit tu as raison, les gens ont su que partais à Cham, aller allons y… Il fit le mauvais choix ; Il se donna bonne conscience et renia le Coran parce que ce bas monde l’a trompé.
Hadith de l’imam Sadeq as : ne faites pas attention à la durée de l’inclination ou de la prosternation, mais faites attention à la véracité de ses paroles et si il rend les biens que vous lui confiez.
Et la prise de position de Al Hor ? quand obeydoullah ibn ziyad commenca à préparer la guerre contre Al Hussin as, il envoya en éclaireur une armée pour discuter et bloquer l’armée de l’Imama Hussein  as. Il appela Al Hor pour aller vers Al Hussein as et négocier avec lui pour le lui amener, mais si il refuse, tu commences la guerre contre lui as. Al Hor respectait scrupuleusement les ordres de ses supérieurs. Il éxécute directement les ordres. Il ne se mélait pas à la politique et se limitait au domaine militaire. Ce qui est étonnant c’est l’imam Hussein lui disait tu es libre comme t’appelé ta mère.Al Hor est né orphelin. En général, l’orphelin a des spécificités. Quand Al Hor arriva chez l’imam Hussein as. L’imama Hussein conseilla de prier avec ses troupes et eux avec leur troupe. Al Hor lui dit on ne va pas prier derrière quelqu’un de ta position ? ce n’est pas possible, il pria derrière l’imam as ainsi que son armée. Al Hor resta à discuter avec l’imam Hussein. Al Hor essaya de le convaincre de venir avec eux pour ne pas être tué. Il fit beaucoup de diplomatie pour discuter tout en avancant vers Karbala. En quittant Médine, l’imam Hussein avait environ 450 hommes, en route bcp de gens le suivirent car ils pensaient que l’imam allait diriger le califat. Quand ils ont vu Al hor, les gens ont commencé à quitter et ils étaient 80 environ à Karbala. L’armée de omar ibn saad faisait 40 000 hommes environ.Al Hir dirigeait une partie de la grande armée. Arrivé à Karbal, l’imam Hussein commenca à faire des discours pour convaincre les gens de Kufa à prendre la bonne prise de position et ceci influa beaucoup sur Al Hor. Il leur dit en gros, si vous croyez en mes paroles, et que vous n’pêtes pas injustes envers moi, et si vous n’acceptez pas de moi, rassemblez vous et faites ce que vous voulez, mon walyi est Allah. Allah a créé ce monde, ce bas monde n’est pas définitf, chaque jour est différent, mais ce bas monde nous trompe, il nous fait avoir espoir en lui, vous vous êtes rassemblés pour une chose mauvaise. Vous avez prété allégeance initialement au prophète saws et vous venez tuer sa descnedance. Le diable vous a trompé. Il vous a détourné de la foi. Oh gens, voyez qui je suis, et revenez vers votre conscience et jugez vous, réfléchissez, n’utilisez pas vos sentiments seulement, il as rappela la prise de position des membres de la famille du Prophète saws. Vous n’avez pas entendu les paroles du Prophète saws sur moi et mon frère : ces 2 sont les maitres de la jeunesse du Paradis.Ces paroles ne fotn aps barrières à votre acte de vouloir em tuer ? Al Hor écouta ces paroles et sa conscience le fit rélféchir. Es-ce qu’il obéit à omar ibn saad et ils aura ce qu’il veut ou il quitte l’armée et il se fera tuer. Il vitn voir omar et lui dit tu vas combattre cet homme ? il lui dit oui, et on va couper les têtes et les mains. Al Hor lui dit quel est ton avis sur la solution que Hussein as a donné ? omar lui dit si c’est moi qui décider je l’aurais suivi mais ibn ziad m’a ordonné autre chose. Al Hor commenca à trembler de manière importante. Un homme à côté lui dit, tu es bizarre, je ne t’ia jamais vu avoir peur comme aujourd’hui, et si on m’avait demandé qui est le plus courageux de Kufa, je n’aurais pas dit un autre que toi. On a une armée de 30000 hommes, 80 hommes te font peur. AL Hor lui dit je jure que je suis sur le choix de chosiri entre la route qui mène en enfer et celle qui mène au Paradis et je jure je ne choisirais autre chose que le Paradis quoi qu’il m’arrive. Il alla vers AL Hor et commenca à se tenir le visage et cirer fort oh mon Dieu je reviens vers Toi et je te demadne pardon. J’ai fait peur au cœur de tes proches (les ahlul beit). Il arriva vers l’imam Hussein as. Je suis entre tes maisn. Je suis celui qui t’a empéché de revenir vers la Mecque, je t’ia escorté sur la route et je t’ai emprisonné à Karbala.Il lui dit aussi, je ne pensais pas qu’ils n’allaient pas accepté de négocier et ne saivait pas qu’ils allaient te combattre. Si je savais qu’ils allaient te combattre, je ne serais pas monté sur mon cheval. Il lui demanda à l’imam as si son repentir était accepté. L’imam as lu idit Dieu l’accepte. Il essaya de convaincre l’armée de venir avec l’imam Hussein as mais ils refusèrent. Il demanda la permission d’être le premier mort entre les mains de l’imam Hussein as. Il tua beaucoup d’ennemis, mais après ils blessèrent son cheval et le tuèrent. Al Hussein as vint le voir, essuya son sang,  et lui dit tu es libre comme t’a appelé ta mère, libre sur terre et heureux dans l’au-delà. Voilà l’exemple d’une personne qui a fait le bon choix, qui a eu une prise de position courageuse et a choisi le Paradis.

Read 44 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir