Martyr Mortadha Motahari et le Renouveau de la Pensée Islamique

Rate this item
(0 votes)
Martyr Mortadha Motahari et le Renouveau de la Pensée Islamique


Martyr Mortadha Motahari
et le Renouveau de la Pensée Islamique





Dr. Mohamed Sadek Bouallegue Tunis 2013

Reprise  de la Traduction : Cherifa Baouab Ammar
Tunis Juin 2015

Sommaire

=
Préambule par le centre Tanwir des Etudes et de la Recherche
Mortadha Motahari
Introduction
La vie du Martyr : la figure, et son œuvre
Martyr Mortadha  Motahari et le Renouveau de la Pensée Religieuse
Martyr Mortadha Motahari et le Renouveau de la Jurisprudence Islamique.
L’entendement du Martyr Mortadha Motahari nous fait il défaut aujourd’hui?
Quelques extraits ou commentaires du Martyr Mortadha Motahari





Préambule par le centre
« Tanwir des Etudes et de la Recherche »


Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux

Le centre Tanwir des Etudes et de la Recherche est une fondation dont les visées sont d’ordre intellectuelles, scientifiques, culturelles  et civilisationnelles à savoir :
Promouvoir la réceptivité Islamique comme forme évoluée et active du mode de vie.
Contribuer au renforcement des fondements intellectuels , cognitifs , culturels , et méthodologiques du processus civilisationel Islamique à travers le monde.
Mettre en valeur la capacité de l’alternative Islamique pour relever les défis de l’époques
Travailler sur le patrimoine de la Omma de manière scientifique, objective et rationnelle .
Ancrer les concepts moraux inhérents à l’islam.

Le centre part d’une approche d’ouverture totale appuyée par une rigueur scientifique objective tout en rejetant l’exceptionnel et le dogmatisme.
Il essaye d’établir une nouvelle vision , de la nature de la relation entre :« L’Etre –l’Univers –la Vie »
Une conception harmonieuse, dans l’esprit et l’entendement de la Charia.
La certitude étant que la pensée islamique contemporaine ne peut agir qu’à travers une contribution culturelle et civilisationnelle répondant impérativement aux conditions suivantes :
Affirmer la pérennité évidente de la constante de ses fondements

L’acceptation et la réception de la critique constructive afin d’élever et d’améliorer le niveau culturel du mode islamique.


 Vivre, anticiper les préoccupations  de la Omma  tout en rappelant l’universalité du message Mohamadyah

Telle est la raison d’être du centre conformément aux propos  de l’Imam Ali Ibn Abi Taleb :
« Les êtres humains sont de 2 catégories : ton frère en religion ou ton semblable en création …»

Introduction :

Martyr Mortadha Motahari (que le contentement d’Allah lui soit aquis)
était un théoricien islamique, contemporain .
 Il était doté d’un esprit fécond avec une pensée critique et audacieuse.
 Il s’était intéressé à la reprise du mouvement civilisationel de la Omma Islamique à travers la réforme des concepts dans la lutte contre les inepties et les aberrations.
Il avait donné le ton du renouveau de la pensée religieuse :
Quelle a été la contribution du Martyr ?

Ou se situe la pensée de Motahari dans la période post Printemps Arabe?
Quels éléments distinguent la thèse de Motahari par rapport à d’autres ?

L’esprit de la pensée de Mortadha Motahari répondait il à la l’attente de la Omma Islamique ?
Nous essayerons à travers cette analyse profonde de l’esprit de la pensée de Mortadha Motahari  de répondre aux questions ci-dessus soulevées en toute objectivité et neutralité .

La vie du Martyr , sa personnalité et son œuvre :

Aborder la pensée et la démarche de Mortadha Motahari demande , si ce n’est brièvement de connaitre le personnage et son œuvre .
C’est en 1919 , à Farman ville située au Khorassan en Iran que naquit Mortadha Motahari (que le contentement d’Allah lui soit aquis).
Il poussa dans un environnement familial pratiquant et estimé de part sa déférence à la science.
Il acheva ses études primaires chez son père , dont la rectitude était notoire
En 1931 âgé de 12 ans , il s’installa à Machhad , et s’inscrivit à la Hawzza des Sciences afin de poursuivre sa formation en Sciences Islamiques.
Il  séjourna à Machhad jusqu’en 1936 puis partit pour Quom afin de terminer ses études .
Élève de l’Imam Khomeyni (que le contentement d’Allah lui soit aquis)
pour les cours sur la Jurisprudence, la Philosophie , la Gratitude , et l’Ethique
Elève du maitre Sayed Mohamed Hussain Tabatabai et du Cheikh Mahdi Mazindarani (que le contentement d’Allah lui soit aquis)pour les cours sur la Philosophie et les cours sur la Sagesse Transcendantale.
Elève également de Chirazi Asphahani (que la grâce d’Allah enveloppe son âme) pour les cours d’Ethique.
 En 1944 il partit pour la ville de « Broujerdi »afin d’assister aux cours d’Ethique donnés par Ayat Allah Sayed Hussain Broujerdi (que le contentement d’Allah lui soit aquis)
En 1946 il retourna à Quom avec Sayed  Broujerdi  son maitre.
En 1653 il se rendit à Thran et y fonda l’Association Islamique des Etudiants. En 1956 il s’inscrivit à la faculté de théologie au sein de l’université de Thran , en tant que Doctorant en Philosophie .
l’homme à double vie , il se décrivait comme tel en plaisantant
Il enseigna dans cette faculté jusqu'en 1978 et c’est à travers l’Association Islamique des Etudiants qu’il mena son activité politique  , et sa lutte contre le régime du Chah .
Mais suite aux événements de l’école « Faidhia » il fut arrêté et incarcéré avec l’Imam khomeyni et  ne fut relaxé qu’après l’expulsion de ce dernier vers la Turquie soit après 34 jours de détention .
Son militantisme activiste, s’est poursuivi et il fonda « l’Association des Savants Religieux Militants » constituée d’un groupe faisant cause commune de Moujahidines et  en alliance  avec l’Imam .
Dans les années 60 il contribua  à  la création de la  « Hussainyet Erched ».
en tant que membre de son conseil d’administration  et c’est ainsi que  « El Jaoued » à savoir ses idées réformatrices innovatrices …bref son anticipation avant gardiste virent le jour .
La« Hussainyet Erched » fut en  1973 fermée , et Martyr Motahari .
(que le contentement d’Allah lui soit aquis) fut arrêté et incarcéré à Téhéran.
Après sa libération, Motahari poursuivit sa lutte contre le régime du Chah
et ceci jusqu’à fin 1978 date de l’injonction formelle de ne plus discourir .
De Paris, l’Imam khomeyni lui confia la responsabilité de la formation du Conseil de commandement de la Révolution dont il fut l’un des premiers membres  au sein du Conseil d’Administration.
Son martyre mit fin à son affiliation
Il a été  l’un des proches de l’Imam khomeyni jouissant de sa confiance.
Sortant d’une réunion à vingt deux heures vingt minutes le Mardi 1er avril 1979 , il fut abattu par « El forquann »,  un groupe agissant,  de terroristes.
La nouvelle de sa disparition ébranla les fidèles et les justes en Iran
Il véhiculait et représentait le devenir en marche.
« Il a donné à l’islam et à la science des directions notoires et il est déplorable que des mains criminelles aient abattu ce monument de la communauté scientifique et de la communauté islamique et priver  ainsi le monde de son précieux apport.Il était un fils bien aimé, et un réel serviteur du peuple »
Ainsi parlait de lui  l’Imam khomeyni
Prolifique et généreux dans ses écrits Martyr Mortadha Motahari  (que le contentement d’Allah lui soit aquis)  ne s’était pas limité à une seule branche de la science, il les avait presque toute appréhendé, son lègs comporte :le discours, le sermon, la conférence, la discussion, le débat , l’opus pour ne citer que cela …
Il a donné un patrimoine riche et diversifié en matière de littérature : l’idéologique,  la fondamentale , l’intellectuelle , l’éducative , la sociale , l’économique ,  la politique , la culturelle …
La vigueur de ses idées , la puissance et la force de ses thèses , l’argumentation, l’aisance , l’ éloquence, l’assurance , la diplomatie , …ces facteurs essentiels de la transmission du message se retrouvent dans ses conférences , ses recherches , ses discours , ses sermons , son enseignement et ses écrits.
Il avait accédé à l’esprit, à la conscience et à la raison de ses divers auditoires :  penseurs, philosophes, étudiants, universitaires, intellectuels, clergé , juristes …etc…etc..
Il a focalisé la lumière sur le rapport de l’être à l’Islam, à l’univers, à la vie dans un grand  nombre de ses écrits dont  notamment :
«  le monothéisme »
« la prophétie »
« l’homme et la foi »
« la visualisation nomothète  »
« la révélation et la prophétie »
« l’homme dans le Coran »
« la vie éternelle »
« l’instinct »
« l’homme, le destin et le sort »
la perception matérielle, l’interprétation de l’histoire, la société , furent les thèmes et sujets de plusieurs de ses livres tels que :
« la motivation du matérialisme »
« la société et l’histoire »
Abordant les profondes interpellations philosophiques à travers les solutions des difficultés de la vie sociale dans ses écrits :
« les fondements de la philosophie et le monde social »
« la justice divine »
« l’introduction aux fondements de la philosophie du savant
TabaTabai »
« la renaissance du Mahdi à la lumière de la philosophie de l’histoire »
Il a également traité la cause de la femme dans l’Islam  en mettant en relief son statut  ainsi que son rôle dans plusieurs ouvrages  dont :
« le système du droit de la femme en islam »
« la question du voile »
Dénonçant les absurdités et ingérences dans l’Islam pour  l’interprétation  non musulmane.
Il a  réhabilité les concepts islamiques originels à travers ses conférences  et livres dont  notamment :
« le renouveau de la pensée religieuse «
« la liberté de penser  et de la croyance dans l’Islam »
En exégète il a démontré l’interprétation  pragmatique de la quotidienneté dans le Coran à travers ses écrits :
« l’identification du Coran »
« l’homme dans le Coran »
Le patrimoine Islamique a également bénéficié de son attention :l’éducation , l’enseignement et la pédagogie  , traité dans son livre
« l’enseignement et l’éducation dans l’Islam »
S’inspirant de la biographie du Prophète il écrivit également des ouvrages de moralisation regroupés en 2 tomes :
« les histoires des  justes »
En tant que phénomène politique l’Islam par cette approche fut traité dans nombre de ses  opuscules  dont :
« les mouvements Islamiques au XIV siècle de Hegir »
« l’Islam en Iran »
« l’imamat et le leadership »
Persévérant dans l’effort Mortadha Motahari (que le contentement d’Allah lui soit aquis)était doté d’une grande ferveur religieuse .
 La constance de son travail s’étale sur une période de trois décennies
De ce fait nous léguant un héritage composé de plusieurs dizaines de livres littéraires et de conférences.
L’Imam khomeyni (que la satisfaction d’Allah lui soit acquise) avait dit à son sujet :
« Malgré sa jeunesse, son héritage est considérable prouvant une conscience responsable, avec une passion pour la connaissance l’analyse profonde , rationnelle , des interpellations soulevées par l’Islam dans une approche simple et convaincante , pour aboutir a la vulgarisation des réponses. Ce legs pédagogique inestimable ; prenant sa source d’un cœur remplit de foi , d’amour et d’humanisme .aura et rencontrera certainement un écho favorable auprès aussi bien du savant que du commun des mortels »

Martyr Motahari et le Renouveau de la Pensée Religieuse

Martyr Mortadha Motahari (que le contentement d’Allah lui soit acquis)s’est intéressé à la question du progrès de la civilisation islamique et à la reprise de son mouvement culturel et civilisationnel .
L’évidence de la clarté de son approche imposait le retour à la source des concepts Islamiques tout en élaguant les non sens et les dérives intellectuelles. Il avait désigné cette attitude charnière de Renouveau de la Pensée Religieuse .
De son livre « le renouveau de la pensé religieuse »un extrait nous éclaire sur ce cheminement
« Ce que nous signifions par le renouveau de la pensée religieuse n’est pas le renouveau de la religion en elle-même mais plutôt le renouveau de la manière de réfléchir sur la religion …  en d’autres termes se débarrasser des non -sens et des dérives accumulés à son sujet. »

Martyr Motahari considère que la  religion islamique est vivante et impulsive en elle-même ; ce qui doit être revu c’est l’attitude et la manière de réfléchir à son sujet.
Cela peut se faire selon sa démarche à travers le remodelage de l’esprit musulman pour en faire un esprit propre, non pollué… en quelque sorte un nouveau né.
Il a misé sur l’homme essentiellement dans le processus de l’Art , de la Créativité , de l’Innovation comme axe  porteur du labeur du changement .
Tout en maintenant l’universalisme  de l’islam , sa compatibilité et son osmose avec la société civile moderne .
Il a présenté l’Islam alliant la tradition à la modernité en réponse aux exigences de la réalité du monde moderne en approuvant , et en actualisant , l’authenticité , sans en altérer l’âme .
De ce point de vue, son esprit prolifique et fidèle aux préceptes du Coran, n’a pas failli dans sa démarche .
Sa réflexion, son travail avait pour référence le Coran, et  c’est en fidèle sincère qu’il s’y référait.
Le Coran faisait également effet d’arbitrage , mais la rationalité de sa raison y contribuait aussi.
Cette sagesse dans la démarche ou dans l’esprit n’est pas coutume dans les recherches historiques relatives à la pensée islamique
Sa remarquable argumentation, imprégnée par sa connaissance des diverses cultures de ce monde confirme incontestablement l’universalisme de l’islam dans l’édification de la personnalité humaine, responsable et sage, dans sa foi, dans sa vie …en bref dans son vécu au quotidien.
Audacieuse, féconde, perturbante  et courageuse sa pensée permit d’aborder de nouveaux concepts anticipateurs dont la profondeur de la portée égalait celle des autres pensées du monde.
Profond réformiste, critique et réaliste ayant pour unique objectif le ralliement de la Omma Islamique en vue d’un renouveau civilisationel celui de la construction d’un profil humain responsable appliquant l’essence des concepts islamiques dans la dialectique de la relation : « Dieu-Homme -Univers et Vie »
Promouvoir et moderniser…l’image de la société islamique comme suit
s’attacher aux dogmes
mais ne pas figer ou banaliser leurs significations à travers les sociétés musulmanes
réformer l’approche des démarches intellectuelles et revisiter les concepts favorisants des attitudes malsaines telles que la dépendance, la paresse etc…
être vigilant face aux révisionnistes, négationnistes de l’Islam .
Un effort constant et une disponibilité attentive et totale de près de trois décennies pour faire revivre la doctrine de l’Islam.
Motiver les croyants, mobiliser les énergies , asseoir les  idées maitresses et construire un nouvel esprit musulman éclairé par l’innovation

















Schéma de la démarche












































Martyr Motahari et le Renouveau de Jurisprudence Islamique

La remarquable méthodologie de travail du Martyr Mortadha Motahari (que le contentement d’Allah lui soit aquis) ne concernait pas la religion uniquement comme domaine de prédilection mais elle a contribué à éclairer également d’autres domaines :
celui du savoir
celui de la connaissance
celui de la sagesse
et notamment celui de la Jurisprudence Islamique
Mortadha Motahari est compté parmi les prestigieux contemporains innovateurs de la Jurisprudence Islamique , abordant tous ses chapitres à savoir :
l’approche
la méthodologie
la structure
la connaissance
la finalité …
etc…
Avec sagacité il avait mis en exergue la tendance salafiste « Ikbareya » de vouloir au niveau du domaine de la Jurisprudence, freiner et asphyxier l’esprit soit donc réduire la liberté de réflexion. Mettant également en exergue les tentatives arrogantes s’abordants l’Islam dans ses fondements ,
Il a œuvré pour une assise d’un esprit éclairé, innovant, doté d’une approche rationnelle entretenue par la critique constructive.
En fait Martyr Mortadha Motahari n’a pas apporté à la Jurisprudence de nouveaux thèmes mais il a essayé de créer une hardiesse capable de revisiter les thèses et d’y insuffler un changement permettant ainsi de larges perspectives d’ouvertures de flexibilité, et non d’immobilisme et de sclérose.
Sa méthodologie prône la lecture historique de la Jurisprudence Islamique ainsi que l’analyse de son écho avec attention, intelligence et sagesse.
Et, il est  à noter que cette lecture du patrimoine juridique est absente à l’exception de certaines tentatives superficielles, et sporadiques
Motahari a traité la Jurisprudence en tant que phénomène vivant en interaction continue avec l’espace et le temps.
Phénomène touchant le vécu quotidien des musulmans et impliqué dans leurs préoccupations, leurs appréhensions  et leurs inquiétudes.
Phénomène conséquence de la socialisation.
Phénomène ou le silence, l’arrêt, et la paralysie n’existent pas mais dont la caractéristique est le mouvement.
Les arguments jurisprésidentiels de la démarche de Motahari sont endogènes , ceux du cadre spatio-temporel ,et également exogènes le tout dans une relation  interactive.
Cette dialectique entraine donc la régénération, le renouvèlement de la sagesse rationnelle et donc l’aboutissement à une jurisprudence effective.
Ainsi donc nous pouvons dire que l’enseignement de Saïd Mohamed Hussain TabaTabai dispensé à son élève Martyr Motahari est dans la lignée philosophique de Sadre Eddine Chirazi.
 Appartenant donc à cette école philosophique Motahari tout en traitant les questions jurisprudentielles manœuvra à contre courant en luttant contre l’immobilisme salafiste « Ikhbariste »Immobilisme prédisposé à la paralysie dans l’espace et le temps pour éluder les problématiques contemporaines.
Refusant cet état d’esprit Motahari préconise une nouvelle signification du concept de « Al Ijtihad »
al Ijtihad sera toujours en mouvement , en éveil , en alerte épousant le quotidien reflétant la réalité et en concordance avec la raison.
De ce fait, Motahari place la jurisprudence au dessus des conflits doctrinaux
Cette jurisprudence est habillée de réalisme et de transparence permettant une circulation facile et fluide entre les doctrines islamiques , des différentes écoles jurisprudentielles , tout en gardant son impartialité , sa vertu , sa rectitude pour aboutir à la vérité .
Avec une honnêteté intègre et une spiritualité totalement sincère Motahari édifia des ponts dans l’échange communicationnel entre toutes les écoles jurisprudentielles.
Le cheikh martyr avait bien compris la réalité dans laquelle il vivait.
Il avait remarqué le développement de la Science …sa complexité et avait senti l’ampleur des défis futurs auxquels devaient faire face les juristes
Une impossibilité de compréhension et d’assimilation des diverses spécialités scientifiques.
Refusant la position traditionnelle selon laquelle qu’une seule  personne soit l’autorité compétente pour toutes les disciplines jurisprudentielles.
Il a appelé à la formation de « Conseils jurisprudentiels » spécialisés spécifiques aux différentes branches de l’institution, susceptibles d’établir , d’initier un dialogue discret fructueux entre les Chercheurs , et Fouquahas de diverses obédiences afin d’aboutir à la vérité .
A travers ces « Conseils Jurisprudentiels » et cette initiative , Mortadha Motahari a devançait  les milieux scientifiques occidentaux dans leurs revendications relatives aux sciences cognitives.
Pour Morthadha Motahari les membres constituants ces conseils devaient impérativement être les spécialistes  des diverses disciplines à savoir : la physique, la psychologie, la médecine , la  sociologie , etc…afin de débattre les problématiques
Le même sujet sera abordé différemment, et les résultats des recherches seront donc déterminants , sérieux , et objectifs .
Les réflexions  sur le triptyque : « Réalité / Intérêt / Réserve/ » et  sur la « Fatwa » furent également abordés.
Dépassant les confins des composantes cognitives de El Ijtihad  , il releva les dimensions d' « El Mojhtahad » et d’ « El Moukaled ».
Mettant le focus sur la dialectique existentielle d’ « El Mojtahad  El Moukaled ».
El Moujtahad el Moukaled analysant et discutant « El Marjaeya » : soit donc  la référence rationnellement et en toute objectivité loin de tout écart.
Le phénomène d’osmose entre El Moujtahad El Moukaled et El Marjaeya donne donc un Ijtihad plus fécond permettant à « la Fatwa » d’influencer la réalité et non le contraire tout en émettant également des réserves.
Frondeur et audacieux Motahari a rejeté le marasme et la  paralysie, la sclérose de l’esprit en cherchant à établir une disposition responsable et rationnelle entre El Moukalidines et El Marjaeya .







Conclusion
Motahari aujourd’hui


Le mérite de Motahari a été de  vouloir drainer  la Omma Islamique vers un concensus de méthodologie pour  toutes les  réflexions du raisonnement islamique,
Cet état de fait répond aux exigences sociales contemporaines d’une manière raisonnable , intelligente , profonde et libérée des dogmes et des restrictions sectaires.
Il recherchait  l’efficacité en vue du traitement adéquat .
Avec courage et persévérance il n’hésita pas à s’imprégner  et à assimiler les diverses cultures , les sciences humaines et les philosophies de toute époque confondue.
Avec cet effort continu il accéda à la psychologie , à l’histoire , à la jurisprudence , à la littérature , à l’astronomie , à la chimie , à la physique …
Son but ultime était de démontrer le mouvement , la souplesse et la vie de la pensée Islamique : son universalisme et son actualité.
Ce travail magistral complet affirme et confirme le rejet de toute différence doctrinale et sectaire .
Il a recherché le dynamisme et le débat dans les institutions jurisprudentielles
Il a plaidé pour une dialectique rationnelle , pour l’espace avec le temps.
Il a remplacé, en le revisitant , l’ancien concept de « El Ijtihad » par un nouveau répondant beaucoup plus rationnellement à la réalité .
A travers cette démarche il est considéré comme fondateur et initiateur d’une Jurisprudence Islamique sans aucune entrave , ayant une grande souplesse d’interprétation pour les autres différentes écoles jurisprudentielles

A travers les Conseils Jurisprudentiels groupant « les Oulamas » et « les Juristes » confirmés des différentes écoles et courants ce fut le moyen pragmatique , rapide , et scientifique de regrouper , de fusionner , les doctrines et de bannir la scission et le sectarisme parmi les musulmans.
Il est important également de noter l’esprit révolutionnaire de sa démarche
Mortadha Motahari croyait dans le changement social grâce à un soulèvement du peuple renversant le pouvoir.
Mais aussi pour que ce renversement, ou que cette révolution réussisse , il fallait  impérativement l’accompagner en parallèle par une renaissance intellectuelle complète profonde proposant l’alternative Islamique comme réponse au contexte.
A ce propos il disait :
 « chaque régénération sociale doit avoir le soutien d’une renaissance intellectuelle et culturelle , faute de quoi , elle tombera dans le stratagème des courants qui détiennent cette richesse. Et elle  ira donc  vers eux s’ écartant de sa voie .Nous avons constaté que les groupes dénués de l’esprit Islamique y versent comme les mouches ,dans le piège de la toile d’araignée »
D’autre part l’Omma Islamique dans son ensemble affronte quatre dangers fondamentaux :
la volonté d’uniformisation et de nivellement mondial anihilant tout effort de progrès et ceci grâce et à travers des forces occultent ne lésinant pas sur les moyens d’action.
les différents émigrés  vivants totalement l’assimilation les us et coutumes des pays hospitaliers occidentaux jusqu’à en oublier leurs origines .
les  gouvernants marionnettes entre les mains des forces destructrices de l’impérialisme colonisateur .
les bigots , les tartuffes , les demeurés , les réfractaires , les obscurantistes et les passéistes , adeptes de la vision figée et de la lecture superficielle s’élevant contre toute réforme.
Aussi  nous relevons  ces risques évidents constatés suite aux révolutions dénommées du « Printemps Arabe »
Nous référant au legs intellectuel de Martyr Mortadha Motahari : à sa doctrine, à sa vision, à sa démarche , il nous parait impératif d’y revenir , d’y méditer et d’en faire une source d’inspiration pour la Omma. Une source de réponses aux questionnements.


En conclusion :
La Omma Islamique aujourd’hui est dans le besoin d’être éclairée par un esprit libre , profond  et responsable dans la logique porteuse de la doctrine communicative éveillée et interactive du Martyr Mortadha Motahari .








Extraits et citations du Martyr Mortadha Motahari


« se mobiliser , revenir à l’authenticité de la Culture Islamique et s’ériger en bastion de défences contre l’image dévoyée , dénaturée , altérée , par les mass- medias xénophobes qui  distillent  également avec arrogance et sournoiserie   le rejet de la dite culture  et par ailleurs agir de telle sorte pour nous réapproprier notre grandeur d’antan »



« La Révolution Islamique instituant la liberté , provoquera un bouillonnement de visions,  d’approches,  …d’idées  ,  …soit donc en quelque sorte une éristique continue , aussi privilégions  l’écrit  , l’échange  , la plume comme arme pour maitriser les troubles »


« Les acquis sociaux dans le contexte de la liberté débridée morale sont préoccupants à plus d’un titre de nos jours car en fait c’est la poursuite effrénée de et vers la liberté économique et vers  la liberté politique sociale sans une attention de veille morale »



« Il serait fâcheux que dans cette communauté musulmane émergent des mentors obtus sans vergogne et que l’on soit dans l’incapacité totale d’immobiliser »




« Il s’avère que la liberté intellectuelle est donc primordiale par rapport à la liberté politique  , et  à la liberté économique pour toute  révolution islamique .Cette liberté intellectuelle peut s’exercer dans le cadre de la liberté de l’identité culturelle, cela permettra de démontrer  que la pensée islamique est doté d’une capacité d’approche immanente et transcendante voire même cosmique. Mais en fait dérangeante à, plus d’un titre pour certains. »




 
« Avoir une attitude tenant compte des aléas de l’époque.
 Une attitude responsable forçant le respect, et ne cédant pas à la rigidité et au rejet »

 



 

Read 2091 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir