Islam est universelle

Rate this item
(1 Vote)
Islam est universelle

L’ISLAM N’EST PAS ARABE Par Cheikh Oumar Tall, Directeur de publication du mensuel Le Jour-Al Yawmoum

 

Les arabes ont leur civilisation, l’Islam a la sienne. Avant l’arrivée de l’Islam, les arabes avaient leur propre manière de traiter les femmes. D’ailleurs, dans la civilisation arabe d’avant l’Islam, les femmes n’étaient pas considérées, c’était même une honte d’annoncer la naissance d’une fille dans une famille. On les cachait ou on pouvait même les tuer. Ça c’est la civilisation arabe. C’est lorsque l’Islam est arrivé que l’on a vu le respect qui a été donné aux femmes. C’est à ce moment que la femme a commencé à hériter. Le premier martyr dans l’Islam est une femme. D’ailleurs vous avez vu le rôle qu’a joué Khadidja (RTA) la mère de Fatimata Bint Rassoul (RTA) dans l’expansion et la défense de l’Islam. Aussi la civilisation arabe et la civilisation islamique ne sont pas identiques. Lorsque Dieu descendait le Coran sur terre, c’était un message fort. Un message qui consiste à faire connaître le bien et le mal, et à propager le bien tout en le partageant avec les croyants. C’est un message universel qui s’adresse à tous les humains, donc à tous les hommes et toutes les femmes. Qu’ils soient arabes ou japonais ou européens, ce message est destiné à toute l’humanité, hommes et femmes de toutes origines comme l’atteste ce verset : « Nous ne t’avons envoyé que pour prêcher l’humanité toute entière, .... » (sourate 34 verset 28). L’Islam dit que l’homme blanc n’est pas meilleur que l’homme noir, et l’arabe n’est pas meilleur que le noir et le blanc, personne n’est meilleur que personne. Le meilleur des hommes c’est celui qui croit en Dieu et qui Le craint. C’est donc dire que l’Islam n’est ni pour les arabes, ni pour les japonais, ni pour les indonésiens, ni pour les portugais, ni pour les africains ; l’Islam est là pour tous les humains, quelle que soit leur origine ou la couleur de leur peau. Dieu nous a donné, ici dans notre pays le Sénégal, deux illustres propagateurs et défenseurs de l’Islam, qui ont tout donné à l’Islam, même au prix de leur vie. L’un d’entre eux n’est autre que El Hadj Cheikh Oumar Al Foutiyou Tall, familièrement appelé El Hadj Oumar. C’est l’un des premiers chefs religieux qui ont combattu contre la pénétration de la colonisation en Afrique. Il a combattu sans répit les colons partout en Afrique de l’Ouest. Né au Sénégal dans le Fouta, il a séjourné au Mali, en Guinée, au Nigeria, au Cameroun et il est même connu en Palestine. C’était un indépendantiste, un panafricaniste doublé d’un combattant de l’Islam et d’un intrépide anticolonialiste. Il aura donc lutté toute sa vie pour l’Islam et contre l’envahisseur européen, jusqu’à sa disparition au Mali, dans les falaises de Bandiagara. Il a hissé très haut le drapeau de l’Islam. Un autre de ses illustres coreligionnaires, combattant de l’Islam comme lui, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké s’est fait un nom à travers le monde pour les énormes 2 souffrances subies du fait du colon français et les sacrifices qu’il a consentis au nom de l’Islam, au point qu’il lui en a coûté un très long exil au Gabon loin de son pays, le Sénégal. Et même à son retour d’exil, les colons l’ont assigné en résidence surveillée à Diourbel jusqu’à sa mort en 1927. Serigne Bamba a beaucoup écrit sur l’Islam et s’est battu toute sa vie durant pour la dignité des musulmans. Ces deux hommes n’étaient pas des arabes, c’était des africains noirs, sénégalais de surcroît qui ont donné leur vie pour l’Islam. C’est la preuve que l’Islam est un message pour tous les humains et non pas pour une seule race ou un seul peuple. Car il s’agit seulement de proposer et faire le bien tout en s’éloignant du mal, pour nous ramener en fin de compte dans ce Paradis d’où nous venons par la grâce d’Adam et Eve et nous mette dans le droit chemin duquel veut nous détourner Satan le maudit. Aussi, il est étonnant de voir des musulmans (ou de prétendus musulmans) dans notre pays ou ailleurs, débattre sur les plateaux de télévision sur l’Islam et engager des polémiques sur l’Islam. Ils font preuve de pédantisme et certains ne maîtrisent pas ce qu’ils disent même s’ils sont des arabisants. Ces personnes qui font étalage d’une connaissance imparfaite du Coran et qui débattent dans le vent, ne servent pas l’Islam, au contraire. Car les non-musulmans, les francs-maçons, les féministes et consorts qui sont des ennemis de l’Islam mais qui les écoutent, vont rire sous cape en voyant deux musulmans se disputer sur un plateau. Connaître le Coran par cœur et réciter des sourates de mémoire sur les plateaux de télévision ne signifie pas une parfaite connaissance de l’Islam. Qui était plus savant que Satan le maudit ? Car réciter le Coran par cœur n’est pas une obligation pour tous les musulmans. D’ailleurs la plupart des « Sahabas », ces compagnons du Prophète, ne savaient pas réciter tout le Coran. Savoir ce que recommande le Coran et le pratiquer est mieux que de savoir réciter le Coran par cœur sans pratiquer les recommandations de l’Islam. Il est presque certain que si vous allez chez la plupart de ceux qui s’engagent dans ces débats inutiles et qui ne servent personne, vous trouverez sûrement des femmes qui ne se couvrent pas la tête ou qui sont dépigmentées par le xessal. Ou alors ils n’envoient même pas leurs enfants à l’école coranique pour qu’ils apprennent les rudiments de leur religion comme comment prier ou comment observer le jeûne. Il faut noter qu’au Sénégal, ce sont les plus humbles des musulmans, ceux qui ne sont pas des érudits qui cherchent à pratiquer leur religion de la plus belle des manières en évitant le mal, en faisant le bien et en apprenant à leurs enfants à bien pratiquer leur religion. Ce ne sont pas ces prétendus connaisseurs qui se pavanent sur les plateaux de télé qui sont les meilleurs pratiquants mais plutôt ceux qui ne prétendent à rien sauf à être de bons musulmans. 3 Ces débatteurs qui prétendent connaître le Coran et l’Islam, pourquoi ne débattent-ils pas de la question cruciale de la laïcité pour la dénoncer ? Car la laïcité est contre l’Islam, elle est contre les valeurs que prône l’Islam. Apprendre et maîtriser la langue arabe c’est bien, car c’est un outil pour mieux comprendre ce qui est écrit dans le Coran dans la langue dans laquelle il est révélé « En vérité, Nous en avons fait un Coran en langue arabe, pour que vous puissiez bien comprendre : (sourate 43 verset 3) ». Mais apprendre et maîtriser la langue arabe ne signifie pas que l’on est un connaisseur en Islam ou que l’on est un bon pratiquant. C’est pourquoi le Prophète (PSL) recommande à tous les musulmans de transmettre le message islamique selon la limite de leurs connaissances, même si on ne connaît qu’un seul verset coranique : Hadith « Balikhou anni walaw aaya ». Car si l’on y regarde de près, l’un des pires ennemis du Prophète lorsque Dieu lui a donné la mission de répandre l’Islam n’est autre que Abou Lahab, le demi-frère de son père Abdallah. Ils sont tous deux des fils de Abdou Moutalib. Or Abou Lahab, qui est arabe ne croyait pas au Coran qui est pourtant révélé en arabe. Le tout pour dire que ce n’est pas parce que l’on est arabe que l’on est plus musulman qu’un autre ou que l’on connaît l’Islam mieux qu’un autre. Qui plus est, à notre époque, c’est-à-dire en 2023, les arabes ne représentent que 10% de la population musulmane mondiale qui fait plus de 2 milliards. Le pays qui compte le plus de musulmans au monde c’est l’Indonésie, dont la population n’est pas arabe. Et le pays qui est en train de rehausser le prestige de l’Islam dans le monde, qui défend l’Islam même par les armes n’est pas arabe, c’est l’Iran de l’Imam Khomeini, peuplé de persans. Et d’ailleurs Dieu l’avait fait savoir au Prophète (PSL) qui avait remarqué que Salman Farissi était un musulman modèle et avait prédit que ses parents persans (l’Iran actuel) seraient parmi les plus grands peuples défenseurs de l’Islam dont ils seront le porte-drapeau. De nos jours, les plus grands ennemis de l’Islam sont les américains et les européens ; et le pays qui leur fait face c’est l’Iran. Cela confirme la prédiction du Prophète (PSL) concernant Salman Farissi qui était Persan, car c’est son pays qui est aujourd’hui le plus grand défenseur de l’Islam face aux puissances occidentales judeo-chrétiennes depuis plus de 40 ans. De plus c’est Salman Farissi qui a donné la victoire au Prophète (PSL) lors de la bataille de Khandakh. Car le Prophète avait posé une stratégie de défense que Salman Farissi n’avait pas approuvée. Il avait demandé au Prophète si cette stratégie lui avait été dictée par Dieu et si oui il fallait l’appliquer dans toute sa rigueur mais, que s’il s’agissait d’une idée propre du Prophète, lui aussi avait son idée sur la manière de mener la résistance. Le Prophète lui demanda alors quelle était son idée et, lorsqu’il s’expliqua, c’est celle-là qui fut appliquée et cela finit par payer puisque les musulmans sont sortis vainqueurs de cette bataille. Il s’agissait de creuser des tranchées entre leurs troupes et les ennemis afin que ceux-ci ne puissent les atteindre 4 et ne puissent atteindre les puits d’eau qui étaient derrière les musulmans. C’était la clé de cette victoire historique et pourtant Salman Farissi n’était pas arabe. Donc comprendre l’arabe ne signifie pas que l’on est musulman ou bon musulman. Le Syrien Michel Akhlaf, celui a créé le baasisme (d’idéologie communiste donc athée) avec Tarik Aziz, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Irak ne sont pas des musulmans, encore moins l’ancien ministre Egyptien des Affaires étrangères Pierre Boutros Boutros-Ghali était un chrétien, même s’il a fini par se convertir à l’Islam avant sa mort. Seul Saddam Hussein était musulman parmi ces baasistes mais il était le bras armé de l’Occident chrétien et du monde arabe pour combattre et étouffer la révolution islamique iranienne de l’Imam Khomeini (guerre Iran-Irak) en pleine expansion. N’oublions pas un des symboles de l’Islam, le muezzin Bilal qui n’était pas arabe mais Ethiopien de couleur noire. Les arabes se moquaient de son accent non-arabe quand il faisait l’appel à la prière. Un jour le Prophète avait pris sa défense contre des arabes qui le raillaient. En clair, les chrétiens arabes sont très nombreux dans le monde et c’est une des raisons pour lesquelles les musulmans auront du mal à gagner la guerre entre Israël et la Palestine. Car les Palestiniens chrétiens sont toujours de connivence avec les chrétiens occidentaux et leurs alliés israéliens. Nous n’en voulons pour preuve que le cas de Georges Abbass qui était un chrétien palestinien membre éminent de l’Olp, qui faisait peser sur lui beaucoup de soupçons à cause de sa religion chrétienne et donc de probables connexions avec les chrétiens occidentaux. C’est dire qu’être arabe ou arabisant ou arabophone ne veut pas dire être musulman ni érudit ou théologien musulman. L’islam est une foi mais aussi une science qu’il faut apprendre. Le docteur Maurice Bucailles, médecin français donc francophone a si bien étudié le Coran et a découvert tellement que le texte était juste qu’il a fini par se convertir à l’Islam. Car même la science a confirmé tout ce qui se trouve dans le Coran. Grâce à ses écrits beaucoup de chrétiens occidentaux sont devenus musulmans. Tout comme le sud-africain Ahmed Deeda, d’origine indienne, qui n’était donc pas arabe a tellement étudié le Coran et son lien avec la science qu’il a lui aussi contribué à la conversion de beaucoup de chrétiens sud-africains à l’Islam. Sans compter le philosophe français Roger Garaudy qui a été l’un des propagateurs de l’Islam dans le monde judéo-chrétien en occident grâce à ses écrits pertinents sur l’Islam et les débats instructifs auxquels il a participé ou qu’il a animés. L’islam n’est pas une affaire d’arabe car un grand nombre de musulmans ont porté haut le flambeau de l’Islam alors qu’ils ont d’autres origines. 5 L’Imam Buhari, avec ses hadiths (deuxième référence de l’Islam après le Coran) et Imam Tirmizi n’étaient pas arabes, ils sont de l’Asie orientale, de l’Ouzbekistan plus précisément. Le professeur français Hamidoullah d’origine pakistanaise (traducteur du Coran en français actuellement en vigueur en Arabie Saoudite) n’était pas non plus arabe, sa langue maternelle était le Ourdou et le Pachtoune. En conclusion, le message coranique transcende le temps et l’espace, les différentes cultures et civilisations de toute l’humanité.

Read 259 times