La tentative des médias israéliens de détourner les propos du Leader

Rate this item
(0 votes)
La tentative des médias israéliens de détourner les propos du Leader

Par Syed Zafar Mehdi

Lors d'une réunion avec des responsables de l'agence nucléaire iranienne et des scientifiques, le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Seyyed Ali Khamenei a tenu dimanche des propos importants sur le programme nucléaire du pays.

L'événement a été largement couvert par les médias locaux et internationaux, l'accent étant mis principalement sur cette partie - il n'y a « rien de mal » à un accord tant que l'infrastructure nucléaire de l'Iran « n'est pas touchée ».

Cependant, dans un exemple classique de spin-doctoring et de manipulation grossière des faits, le journal israélien Jerusalem Post a complètement déformé dans un rapport ce que l'Ayatollah Khamenei a dit sur les activités nucléaires du pays et la possibilité de parvenir à un accord.

« L'Occident ne peut pas empêcher l'Iran d'acquérir des armes nucléaires », a titré dimanche le Jerusalem Post, attribuant à tort la citation au Leader de la Révolution islamique.

« Sur la base de nos idéaux islamiques, nous ne voulons pas d'armes nucléaires... Mais si ce n'était pas le cas, ils ne pourraient pas nous empêcher de le faire, tout comme ils n'ont pas pu empêcher nos avancées nucléaires jusqu'à présent », l'histoire s'est encore développée, contredisant le titre.

Les gros titres sont essentiellement conçus pour attirer l'attention du lecteur, de sorte que les risques de manipulation et de spin-doctoring sont toujours élevés, en particulier pour les organes d'information qui servent l'agenda de régimes illégitimes.

Le Jerusalem Post, qui est proche du cabinet d'extrême droite de Benjamin Netanyahu, a donné une tournure effrayante aux remarques de l'Ayatollah Khamenei pour empoisonner l'esprit des lecteurs et manipuler l'opinion publique.

Une simple vérification des faits démystifierait le mensonge grossier colporté par le média de propagande israélien.

Le Leader de la Révolution islamique dans ses remarques n'a pas dit que l'Occident « ne peut pas empêcher » l'Iran de se doter d'armes, parce que l'Iran n'est pas dans la course aux armes nucléaires.

Il a déclaré avec insistance que la République islamique suit une doctrine de défense basée sur les idéaux islamiques qui ne permet pas le développement d'armes nucléaires, de sorte que la question d'avoir une bombe est inexistante.

L'Ayatollah Khamenei, tendant une branche d'olivier, a déclaré qu'un accord est possible si l'infrastructure nucléaire de l'Iran, qui s'est développée avec du sang et de la sueur au fil des ans, n'est « pas touchée ».

L'infrastructure a mis des années à se développer, grâce aux efforts acharnés des scientifiques et des responsables iraniens, de nombreux jeunes scientifiques nucléaires prometteurs offrant des sacrifices suprêmes sur cette voie.

Parmi les personnes présentes dimanche se trouvaient les enfants de scientifiques nucléaires tués, Darioush Rezai-Nejad et Mostafa Ahmadi-Roshan, qui étaient trop petits lorsque la lumière de leur vie s'est éteinte.

L'Ayatollah Khamenei a félicité les scientifiques iraniens pour leur contribution à l'industrie nucléaire du pays, qui, selon lui, a été développée « malgré les sanctions, les menaces et les meurtres de scientifiques », faisant référence à la fois aux sanctions américaines et aux assassinats israéliens- le terrorisme sous différentes formes.

Il a une fois de plus rejeté les affirmations des pays occidentaux et du régime israélien selon lesquelles l'Iran développerait des armes nucléaires, les qualifiant de « mensonges ». Il a réitéré que la prolifération nucléaire est contraire aux « idéaux religieux » de la République islamique, ce qui est clairement affirmé dans le décret publié par le Leader.

En fait, le Leader de la Révolution islamique a approuvé la coopération continue de l'Iran avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et a déclaré que cette coopération doit se poursuivre dans le cadre de l'accord de garanties, comme l'a fait l'Iran malgré l'approche ouvertement politique de l'agence.

Surtout, contrairement à l'Iran, Israël n'a pas signé le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et a rejeté à plusieurs reprises et avec mépris les appels à rejoindre l'accord clé du régime international de contrôle des armements et a refusé de donner aux inspecteurs de l'agence nucléaire de l'ONU l'accès à ses sites nucléaires.

Si cela ne suffisait pas, le régime a, au fil des ans, mené de nombreuses attaques de sabotage sur les sites nucléaires iraniens surveillés par l'AIEA et assassiné les meilleurs scientifiques nucléaires du pays, comme l'a mentionné dimanche le Leader de la Révolution islamique dans ses remarques.

Alors que l’Ayatollah Khamenei a déclaré que la coopération avec l’organe de surveillance nucléaire de l'ONU devait se poursuivre, il a également affirmé que la loi parlementaire qui appelait à l'augmentation de l'enrichissement d'uranium ne devait pas non plus être violée.

La loi, votée en février 2021, est « dans l'intérêt du pays et de son industrie nucléaire », a-t-il déclaré.

L'Ayatollah Khamenei a également dénoncé les puissances occidentales, y compris les États-Unis et leurs alliés européens, pour ne pas avoir tenu leurs promesses et ne pas s'être montrés dignes de confiance sur la base de l'expérience de plus de 20 ans.

Ses paroles ont du poids. L'ancienne administration américaine s'est unilatéralement retirée de l'accord nucléaire de 2015 et a rétabli les sanctions contre l'Iran. Les signataires européens de l'accord n'ont rien fait pour respecter leurs engagements et sauver l'accord multilatéral.

Le successeur de Donald Trump, Joe Biden, malgré les premiers signes de réalisme, n'a pas réussi à inverser les mesures draconiennes prises par son prédécesseur mégalomane, poursuivant une approche loin d'être pragmatique.

Les propos de l'Ayatollah Khamenei ont été mesurés comme toujours et basés sur les réalités du terrain. Les médias israéliens ne peuvent pas déformer les faits en recourant au spin-doctoring et à la désinformation. La vérité l'emporte à la fin.

Read 211 times