Espagne : des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement de Sanchez

Rate this item
(0 votes)
Espagne : des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement de Sanchez

Des dizaines de milliers de sympathisants du parti d'extrême droite espagnol Vox ont manifesté dimanche 27 novembre, dans plusieurs villes d’Espagne pour protester contre le gouvernement de gauche du Premier ministre Pedro Sanchez.

La police a déclaré que 25 000 personnes s’étaient rassemblées sur la place Colon, dans le centre de Madrid, où ils ont déployé des drapeaux et crié « Va-t’en Sanchez ! » ; des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes d'Espagne.

Le leader du parti Vox, Santiago Abascal, a dénoncé un gouvernement « de la trahison, de l'insécurité et de la ruine » après les récentes modifications du code pénal et l'approbation d'une nouvelle loi contre les violences sexuelles.

Il a fustigé l'abolition prévue du crime de sédition pour lequel neuf dirigeants séparatistes ont été condamnés ; ils sont en fait accusés d’avoir contribué à la tentative avortée de sécession de la région de Catalogne en 2017. Un délit passible d'une peine de prison inférieure le remplacera.

« Nous avons un gouvernement qui gouverne contre le peuple, qui baisse les peines de prison pour des crimes et qui désarme la police », a déclaré Abascal à ses partisans dans la capitale espagnole.

La droite estime que le code pénal modifié, qui devrait être en place d'ici la fin de l'année, encouragera de nouvelles tentatives de sécession dans la région du nord-est de la Catalogne de l'Espagne.

« Nous sommes gouvernés par des séparatistes, des gens qui ne veulent pas être espagnols, c'est pour ça que je suis là », a déclaré le manifestant Cesar Peinado, chauffeur routier à la retraite de 65 ans, accusant le gouvernement d'« acheter des votes ».

Maria Dolores Lopez, 58 ans, a déclaré à l'AFP qu'elle ne pouvait « plus supporter ce que fait ce gouvernement », faisant allusion à la politique de ce dernier envers les séparatistes catalans et sa loi contre les violences sexuelles.

Abascal a déclaré que les agressions sexuelles avaient doublé depuis que le Premier ministre socialiste Sanchez a pris le pouvoir en 2018 et il a ainsi dénoncé une loi qui, selon lui, permettait aux violeurs et aux pédophiles de sortir de prison plus tôt.

Le leader politique faisait référence à la suppression prochaine du délit de sédition, pour lequel neuf responsables indépendantistes catalans avaient été condamnés en raison de leur rôle dans la tentative de sécession de 2017 de leur région, dans le nord-est du pays.

« Ce n'est pas non plus un hasard s'il n'y a pas de sécurité », a ajouté Abascal, dénonçant « un ministre fou qui fait une loi avec l'aval de tout le gouvernement, de la politique et des médias de gauche pour que les violeurs et les pédophiles se retrouvent dans la rue ».

 
Read 84 times