La nécessité d'utiliser les technologies dans ce ramadan différent des ramadans précédents

Rate this item
(0 votes)
La nécessité d'utiliser les technologies dans ce ramadan différent des ramadans précédents
Alors que le Ramadan approche et que l'épidémie de coronavirus se poursuit, tous les centres islamiques et centres de fatwa doivent trouver un moyen pour sortir de cette crise avec un minimum de dommages.Dans de nombreux pays, des restrictions ont été imposées aux rassemblements, y compris dans les lieux de culte et les mausolées.
 
Presque toutes les mosquées, églises et synagogues des pays touchés par le Corona, y compris les mosquées de la Mecque et de Médine, ont été fermées au public et les prières en commun et les prières du vendredi ont été interdites.
 
À l'approche du mois sacré du Ramadan, cette situation est devenue particulièrement importante pour les musulmans. 
لزوم اجماع مراکز فتوا برای دستیابی به راه‌های جایگزین
Dans un rapport, l'agence de presse Al-Jazeera a indiqué :
« Pour la première fois dans l'histoire, les centres de culte ont été fermés en raison de la propagation d'un virus. La Kaaba, la mosquée d’Al-Aqsa, l'église Al-Mahd et le grand temple bouddhiste sont maintenant vides. Malgré la fermeture des lieux de culte par crainte de la propagation du coronavirus, le taux de religiosité a augmenté et cela n’est pas étrange en cas de crise. Une nouvelle étude de l'Université de Copenhague a révélé que le nombre de personnes infectées par le virus dans le monde, augmentait tout comme le nombre des recherches de prières sur Internet. Les chefs religieux de toutes les régions des États-Unis ont recouru à des outils virtuels pour réduire les effets de cette douloureuse séparation et fournir leurs services, des conférences, des études et des conseils aux fidèles.
 
« L'annulation des carnavals et des célébrations de la fête juive de Pourim a été une décision difficile mais les gens qui ont suivi cette cérémonie virtuelle étaient plus nombreux », a déclaré un rabbin du Connecticut.
 
« C'était un défi », a déclaré le père Douglas Slater, en Caroline du Sud, assis seul sur une chaise face à son portable mais « La communication directe avec les gens à travers leurs messages sur les réseaux sociaux était un point positif ».
 
Mohammad Majid du centre « Adams » en Virginie, qui utilise le programme Zoom et Facebook Live pour donner des conférences et des cours de religion, estime que les réseaux virtuels ne permettent pas une communication proche qui pour lui, est très importante.
 
« Le numérique a développé la participation des jeunes qui sont familiers avec l'utilisation des nouvelles technologies, aux activités religieuses, mais cela ne convient pas toujours à certaines personnes. Nous avons des personnes âgées qui ne connaissent pas bien l'anglais et il n’y a pas de jeunes autour qui peuvent les aider. Ce sont des personnes âgées qui sont heureuses lors des rassemblements et se sentent aimées. Cela n'existe pas aujourd'hui et je ne pense pas que la technologie puisse le remplacer », a-t-il dit.
لزوم اجماع مراکز فتوا برای دستیابی به راه‌های جایگزین
Le rabbin Jirson est d'accord avec Majid sur ce point : « Je suis en ligne avec des gens qui sont en train de mourir et je ne peux pas leur tenir la main. Je crains que les gens meurent seuls. Aucun réseau virtuel ne peut remplacer une société où il y a beaucoup d’églises, de temples et de mosquées. 
 
Les musulmans ne pensaient pas il y a deux mois, qu'ils ne seraient pas en mesure d'exécuter les prières de l’umra et du Taraweeh, et de participer aux cérémonies des nuits du Ramadan. Le mois de Ramadan est sur le point d’arriver et nous devons trouver des solutions acceptées par tous les centres de fatwa du monde islamique, pour sortir de cette crise et réduire les dégâts. Les technologies qui ont été en mesure de minimiser les conséquences de divers problèmes, aujourd'hui, peuvent aussi être efficaces dans le domaine religieux.
Read 127 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir