Ces crimes anti-iraniens dont personne ne parle en Occident

Rate this item
(0 votes)
Ces crimes anti-iraniens dont personne ne parle en Occident

Le ministère iranien des Affaires étrangères a, une fois de plus, critiqué les États-Unis pour avoir imposé des sanctions « inhumaines » à la nation iranienne, affirmant que Washington bloquait l’accès de Téhéran aux médicaments nécessaires aux victimes d’attaques aux armes chimiques et à d’autres malades.

Le ministère a fait ces remarques, dimanche 28 juin, dans un tweet à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre les armes chimiques et biologiques.

« Aujourd’hui, par le biais de leurs sanctions inhumaines, les États-Unis empêchent (l’exportation) des médicaments nécessaires aux victimes d’armes chimiques ; les médicaments nécessaires pour d’autres victimes ainsi que les médicaments nécessaires pour divers malades », a déclaré le ministère.

Lors d’une vidéoconférence, tenue samedi 27 juin, à l’occasion de l’anniversaire d’une attaque chimique meurtrière, menée en 1987 sous l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein contre la ville iranienne de Sardasht, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré que les États-Unis n’avaient respecté aucun principe des droits de l’homme, soit en fournissant des armes chimiques à l’Irak contre l’Iran, soit en imposant des sanctions et en poursuivant le terrorisme économique contre le peuple iranien.

« Même dans la lutte contre le coronavirus et la récente pandémie catastrophique qui a touché le monde entier, le gouvernement américain reste campé sur sa position », a-t-il déclaré.

Read 38 times

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir